Bill Gates veut faire payer les e-mails…

Régulations

Quoi de mieux pour mettre le feu aux poudres de la communauté Internet? Le projet de e-mails payants revient sur le devant de la scène, et c’est Bill Gates qui s’y colle

Le fondateur de Microsoft a profité du forum de Davos pour relancer un projet qu’il avait déjà exposé voici quelques mois : faire payer les e-mails !

Le concept est simple, reporter une partie du coût des e-mails assumé par les fournisseurs d’accès sur le consommateur. Ainsi, les FAI pourraient faire d’une pierre deux coups; d’une part, en limitant le ‘spam’, car l’expéditeur qui envoie des millions de courriers pour un retour limité hésitera à investir un ‘centime’ par e-mail. Et d’autre part, en permettant aux industriels du Web d’adopter un modèle économique plus proche de la rentabilité. Faut-il faire payer l’expéditeur ou le destinataire ? La question peut paraître saugrenue, mais elle n’est pas dénuée d’intérêt. Bien évidemment, il n’est pas question de faire payer le destinataire! Le modèle généralement retenu se rapproche au contraire du système postal, où l’expéditeur a la charge du timbre. Mais, afin de préserver la gratuité de l’e-mail privé, le destinataire pourrait jouer un rôle important. Sur certains projets, le destinataire se voit confier une mission de validation. Il se voit proposer les messages qui lui sont théoriquement destinés, mais il ne valide que ceux qui lui sont véritablement destinés, qui se verraient alors exonérés de frais. Le timbre électronique Une autre approche du paiement à l’e-mail consiste à associer un timbre électronique au courrier. La présence du timbre entraînerait la distribution du courrier. Un autre projet évoque la possibilité pour l’expéditeur de fixer le prix du courrier entrant, selon une grille prédéfinie. Complexe à mettre en place et à gérer. Mais tous les projets évoqués à Davos s’entendent au moins sur un point : taxer les gros expéditeurs. La démarche ciblerait directement les industrieux du ‘spam’, mais elle laisse planer le doute quant à la sécurisation du système. Car ces derniers mois, on a vu la collusion de plus en plus nette entre spammeurs et hackers, ainsi que leur dérive mafieuse !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur