Pour gérer vos consentements :

Blackberry veut tourner la page de la restructuration

Blackberry assure avoir conclu le vaste plan de restructuration engagé en 2011, dans une note interne. Le concepteur canadien de smartphones estime être assez solide, désormais, pour retrouver le chemin de la croissance et réduire l’écart avec ses concurrents, rapporte Reuters.

« La réduction de main-d’oeuvre initiée il y a trois ans est maintenant derrière nous », a déclaré John S. Chen, le CEO de BlackBerry. « À moins d’un ralentissement imprévu du marché, nous allons renforcer nos effectifs dans certains domaines tels que le développement de produits, les ventes et le service à la clientèle, et ce modérément pour commencer », a-t-il ajouté dans cette note transmise vendredi 1er août à tous les employés du groupe.

À la recherche d’un second souffle

Ces trois dernières années, le constructeur canadien a réduit ses effectifs mondiaux de près de 60% (passant de 17 500 employés à 7 000 environ aujourd’hui), vendu la plupart de ses actifs immobiliers au Canada, assisté aux départs de hauts dirigeants, dont les cofondateurs, et conclu un partenariat avec le fabricant chinois Foxconn. Finalement, après avoir renoncé à se vendre en novembre 2013 et placé à sa tête un ancien dirigeant de Sybase, John Chen, Blackberry veut tourner la page… Mais le pari est difficile à relever.

Une part de marché inférieure à 1%

La firme de Waterloo, Ontario, qui a dominé le marché mondial du smartphone à ses débuts, perd des parts de marché au profit d’Apple iOS et, surtout, des nombreux terminaux (Samsung, LG, HTC…) équipés de l’OS de Google – Android et ses 85% de parts du marché mondial –. Le cabinet IDC estime que la part de marché « smartphone » de la firme canadienne ne devrait pas dépasser 1% en 2014 et plafonner à 0,3% en 2018… « La question de savoir si BlackBerry peut survivre reste d’actualité… La seule façon pour l’entreprise de s’en sortir est probablement d’adopter une stratégie de niche basée sur ses actifs de sécurité », déclarait IDC en mai dernier.

En poste depuis plus de 8 mois, John Chen veut maintenir l’activité smartphones de Blacberry, mais recentrer son expertise sur l’entreprise, la sécurité et la gestion des terminaux mobiles. Le mouvement est lancé. La semaine dernière, BlackBerry a annoncé acquérir Secusmart, une entreprise allemande spécialisée dans le chiffrement de la voix et des données.


Lire aussi

John Chen : « Blackberry n’est pas mort »

BlackBerry investit dans un centre de R&D sur la sécurité

Blackberry rassure un peu sur son premier trimestre 2015

Recent Posts

Data et analytique : pour quel retour sur investissement ?

La croissance des revenus d'organisations dont les projets data "dépassent les attentes" est supérieure de…

15 heures ago

Mobile et systèmes industriels : les chantiers du framework ATT@CK

Passé en v11, le framework MITRE ATT@CK renforce sa matrice Mobile. Il en sera de…

16 heures ago

Cybersécurité : Thales s’offre S21sec et Excellium pour 120 M€

L'acquisition vient renforcer l’offre de Thales dans le conseil, l'intégration et les services managés de…

21 heures ago

Transition numérique : une solide croissance à deux chiffres

Les investissements mondiaux dans les technologies et services de transformation numérique progresseraient de plus de…

2 jours ago

Classement Forbes : 20 milliardaires de la Tech

De Jeff Bezos (Amazon) à David Duffield (Workday), voici la liste Forbes des 20 personnalités…

2 jours ago

Dix pistes d’action pour sécuriser l’open source

Comment améliorer la sécurité de l'open source ? Éléments de réponse avec le plan d'action…

2 jours ago