BlackBerry veut s’imposer en Asie

Régulations

RIM, le fabricant du célèbre terminal, compte passer des alliances avec une dizaine d’opérateurs asiatiques dans les six prochains mois

Research In Motion fait feu de tout bois. Fort de ses 3,6 millions d’utilisateurs, le fabricant du BlackBerry multiplie les initiatives pour asseoir sa domination sur les marchés des téléphones mobiles dotés d’un service d’e-mail en push (réception en direct des mails).

Il y a quelques jours, le groupe canadien annonçait un accord avec son concurrent Palm. Ce dernier utilisera le service BlackBerry Connect dans certains de ces PDA communicants comme le Treo 650 (voir notre article). Un joli coup face à la pression grandissante de Symbian (Nokia) et de Microsoft avec son Windows Mobile 5.0 qui proposent désormais des solutions similaires. Aujourd’hui, RIM affiche ses ambitions géographiques et annonce qu’il entend développer ses positions sur le front du marché asiatique. Un marché pourtant difficile. Le groupe déclare vouloir passer des alliances avec une dizaine d’opérateurs asiatiques dans les six prochains mois. “Le marché est immense. Nous venons juste de commencer”, a déclaré à Bangkok Norm Lo, le vice-président de RIM pour la zone Asie Pacifique. Des premiers accords ont d’ores et déjà été signés: RIM est désormais présent, via 16 partenaires, dans huit pays asiatiques: l’Inde, Singapour, la Malaisie, Hong Kong, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Indonésie et les Philippines. Surtout, il vise la Chine, premier marché mondial en nombre d’abonnés. Des abonnés de plus en plus friands de nouvelles technologies. RIM indique être ainsi être en négociations avec l’opérateur China Mobile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur