BlackBerry Z10 : SoC Snapdragon S4 Pro et support de la 4G LTE en France

4GOS mobilesPoste de travail

Un démontage en règle du BlackBerry Z10 fait apparaître des composants familiers dont le SoC MSM8960 de la famille Snapdragon S4 Pro, celui-là même que l’on trouvait dans la première version LTE du Samsung Galaxy S III.

Qu’on ne s’y trompe pas, BlackBerry désire mettre en avant son tout nouvel OS mobile BlackBerry 10 plutôt que le hardware embarqué dans le Z10.

Il n’en reste pas moins qu’il est intéressant de regarder de plus près les composants embarqués dans le terminal mobile de la société canadienne. À cet effet, le site ubmtechinsights a ouvert les entrailles du tout dernier BlackBerry (avec le Q10).

Le Snapdragon S4 Plus MSM8960 bien présent

Alors que le dernier CES a été l’occasion de découvrir les tous derniers SoC ARM de Samsung, Nvidia, ST-Ericsson, Qualcomm et Renesas, force est de constater que RIM n’a pas réservé de surprise avec le Z10. Le constructeur canadien est même resté très conservateur dans ses choix et a capitalisé sur des composants qui ont fait leurs preuves en 2012.

En témoigne la présence du SoC MSM8960 de la famille Snapdragon S4 Pro de Qualcomm. La puce a également été adoptée par nombre de constructeurs en 2012 : entre autres, HTC pour le Windows Phone 8X mais aussi Samsung avec la première version compatible 4G LTE du Galaxy S III. Le SoC intègre un processeur double cœur cadencé ici à 1,5 GHz. La solution Qualcomm offre le support de la 4G LTE grâce à l’intégration du baseband multi-mode dans le SoC.

C’est donc bien cette puce qu’on retrouvera dans la version notamment destinée à la France tandis qu’il pourra intégrer l’OMAP 4470 signé Texas Instruments pour d’autres marchés.

Le Z10 supporte les 2 bandes réservées à la 4G LTE en France

S’il est compatible avec les réseaux HSPA+ (bandes des 2100, 850 et 900 MHz), il est également compatible avec les bandes 3 (1800 MHz), 7 (2600 MHz), 8 (900 MHz) et 20 (700/800 MHz) de la 4G LTE. Une bonne nouvelle pour les pays européens, au premier rang desquels la France.

En effet, des enchères avaient permis à l’ARCEP de répartir les différentes bandes des fréquences 800 MHz et 2,6 GHz. Ainsi, dans la bande de fréquence des 2,6 GHz, les 4 opérateurs mobiles français ont obtenu des canaux.

Pour ce qui est du 800 MHz, l’opérateur Free Mobile n’avait obtenu aucune bande contrairement aux 3 autres opérateurs français. On notera également le support de la bande 3 (1800 MHz) utilisée pour le réseau GSM mais pour laquelle l’ARCEP doit se prononcer quant à un reversement (refarming) pour une utilisation du réseau 4G LTE (Bouygues Telecom a déjà effectué des tests).

Hardware : du très classique

Les autres composants ont un air de déjà vu. On retrouve ainsi la puce PM8921 signée Qualcomm qui gère la puissance dans le terminal. Elle est également présente dans le Galaxy S III. Samsung qu’on retrouve pour les 2 Go de DRAM LPDDR2 et pour les 16 Go de flash MLC à portes NAND.

RIM d’indiquer que la résolution de l’écran de 4,2 pouces affichant 1280 par 768 pixels porte à 356 ppp (pixels par pouces), soit plus que sur l’écran de l’iPhone 5 (c.-à-d. 326 ppp). Reste que les terminaux avec affichage 1080p (1920 par 1080 points) et résolution de 441 ppp ont été dévoilés fin 2012 et lors du CES 2013 : Sony Xperia Z, HTC J Butterfly, Oppo Find 5…

Capteur rétroéclairé (BSI pour Backside Illuminated) pour l’APN principal, mais de seulement 8 mégapixels alors que le Sony Xperia Z se caractérise par un APN avec capteur de 13 mégapixels et que le HTC M7 (ou One) pourrait être doté d’un capteur “ultrapixel”.

C’est donc bien BlackBerry 10 qui devra faire la différence et séduire. Une gageure face à iOS et Android qui ont une solide et large base d’utilisateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur