Bourse : 1,22 dollar pour 1 euro

Cloud

Séance du lundi 8 décembre : le dollar, qui a franchi le seuil historique des 1,22 dollar pour 1 euro, continue de peser lourdement sur les places boursières

La chute du dollar continue de monopoliser l’attention des investisseurs. Son effet positif sur la reprise de l’économie américaine risque d’être contrebalancé par l’accroissement du déficit engagé par l’administration Bush, mais surtout compromet la pénible reprise économique de l’Europe et du Japon.

C’est donc sans la moindre ambition, avec des échanges qui restent limités, que la Bourse de Paris, dans le sillage du dollar, termine à la baisse pour la troisième séance consécutive. Le CAC40 perd 0,64% à 3.434,91 points. La Bourse américaine a cependant réussi à se redresser, dans un volume d’échange là aussi très réduit. Le Dow Jones termine en hausse de 1,04% à 9.965,27 points, et le Nasdaq, malgré la faiblesse des valeurs technologiques, a repris 0,57% à 1.948,85 points. Les valeurs liées au dollar, comme EADS ou Thomson se sont associées aux valeurs technologiques, comme STMicroelectronics ou Vivendi Universal pour se distinguer à la baisse. A l’opposé, Cap Gemini progresse sur l’évocation par le ‘Financial Times’ d’une collaboration avec le japonais Fujitsu afin de reprendre à Accenture et EDS un contrat de 4 à 5 milliards de livres pour les services fiscaux britanniques. Toujours selon le ‘Financial Times’, Motorola pourrait profiter de la cession de sa division semiconducteurs pour lancer des acquisitions ou des partenariats afin de renforcer sa branche télécoms, courant 2004. Avec la ‘forte’ hausse de la demande de semiconducteurs sur tous les secteurs couverts par le fabricant, Texas Instruments a relevé ses prévisions pour le trimestre en cours. Les ventes de semiconducteurs devraient se situer entre 2,33 et 2,44 milliards de dollars, alors que la prévision initiale les situaient entre 2,185 et 2,365 milliards de dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur