Bourse : Atos Origin, la ‘cible idéale’

Cloud

Les places boursières européennes ne sont pas parvenues à rattraper le retard accumulé en début de séance et terminent dans le rouge. Coincés entre le dollar et le cours du pétrole, les investisseurs sont restés prudents, mais à quelques jours de Thanksgiving, Wall Street affiche son optimisme

La

Bourse de Paris s’est inscrite en repli pour la troisième séance consécutive, prolongeant ce lundi 22 novembre le mouvement de consolidation entamé la semaine dernière. Le CAC40 perd 0,65% à 3.774,25 points. La Bourse de New York a démontré son optimisme, encouragée par la décrue des cours du brut durant la séance. Le Dow Jones gagne 0,31% à 10.489,42 points, et le Nasdaq 0,70% à 2.085,19 points. Qu’est-ce qui justifie un tel optimisme sur les marchés outre Atlantique ? Peut être Thanksgiving jeudi, avec la fermeture de Wall Street, et son ouverture restreinte vendredi, plus sûrement parce que sur les onze dernières années, la semaine de Thanksgiving s’est soldée dix fois par une hausse ! Alan Greenspan, le président de la Fed, la réserve fédérale américaine, a renouvelé devant le G20 ses commentaires sur les risques du déficit de l’administration américaine. Il a appelé à plus de coopération entre la Fed et la BCE, la Banque centrale européenne, confirmant involontairement que le reste du monde doit payer la facture du déficit US et l’abandon du billet vert par l’administration Bush! Le dollar termine une nouvelle fois en baisse. L’affirmation du secrétaire américain au Trésor John Snow, lors du G20, des travaux de l’administration américaine pour réduire son déficit, n’a pas rassuré les cambistes. Les valeurs technologiques du CAC se sont inscrites à la baisse. Infogrames plonge de 5,16%, Capgemini perd 2,01%, Ubi Soft 1,45%, STMicroelectronics 1,13%, Thomson 0,90% et Alcatel 0,58%. Bernard Bourigeaud, président d’Atos Origin, a déclaré que son groupe constitue une ‘cible idéale” pour des groupes américains, mais le marché n’a pas réagi favorablement à cette déclaration, le titre perd 1,08%. Les acheteurs d’ipod seraient potentiellement de futurs acheteurs de Mac ! C’est sur cette analyse de l’intermédiaire financier PiperJaffray que Apple bondit de 11,20% à Wall Street. Les commentaires positifs de Xerox sur le trimestre et l’exercice en cours, avec une révision à la hausse de 5% pour son objectif de chiffre d’affaires pour de 2006, et de 15% à 20% pour son bénéfice, n’ont que modérément profité au titre qui progresse de 0,26%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur