Bourse : Bill Gates se retire, le titre Microsoft s’échange

Cloud

En tenant de nouveau des propos inquiétants sur l’inflation américaine, le président de la Fed de Saint-Louis a fait replonger les marchés dans le rouge. Les valeurs technologiques ont évolué en ordre dispersé des deux côtés de l’Atlantique

Après l’annonce par Bill Gates de son désengagement de la direction de

Microsoft, dont il est l’un des fondateurs, le titre du géant mondial des logiciels a été le plus échangé à Wall Street, pour terminer quasi à l’équilibre avec une légère hausse de 0,14 %. En revanche, Apple Computer, dont on oublie souvent que Bill Gates est l’un des principaux actionnaires, a chuté de -3,07 % alors que justement Microsoft s’apprêterait à lancer un concurrent à l’iPod. La Bourse de Paris, après une ouverture bien orientée, a fini par plonger dans le rouge, comme ses homologues, sur les commentaires d’une Réserve fédérale américaine. Le CAC 40 a terminé la semaine sur un repli de -0,63 % à 4.694,89 points. La Bourse de New York a une nouvelle fois subit l’excès de prudence de ses investisseurs, les yeux rivés sur les moindres réactions de la Fed et sur la menace de l’inflation. Le Dow Jones s’est symboliquement replié de -0,01 % à 11.014,55 points, et le Nasdaq a marqué le repli de technos avec un recul de -0,66 % à 2.129,95 points. Les investisseurs n’ont retenu que le discours d’un responsable de la Réserve fédérale, qui continue de laisser planer la menace d’une nouvelle hausse de ses taux directeurs. Mais ils n’ont pas permis au rebond ? à 82,4 en juin contre 79,1 en mai – de l’indice de confiance du consommateur américain calculé par l’Université du Michigan d’être apprécié par les marchés. Le dollar poursuit son repli, à 1,2640 dollar pour 1 euro. Sur un marché volatile, le cours du pétrole a terminé la séance sur une hausse, à 69,88 dollars le baril de brut léger, se maintenant cependant de justesse sous la barre des 70 dollars. En publiant des résultats trimestriels satisfaisants, le géant américain des bases de données et progiciels Oracle a gagné 3,58 %, et profité au secteur, en particulier à Business Object qui a bondi de 3,65 %. Aéroport de Paris (ADP), pour sa première séance, a su tirer profit de son introduction à une valeur moyenne, ce qui lui a permis de terminer sur une hausse de 3,41 %. Le retournement de séance n’a pas profité aux valeurs technologiques. GFI Informatique a perdu -3,06 %, Soitec -2,12 %, Altran. 1,85 %, Atos Origin -1,64 %, Sopra Group -1,55 %, Gemplus -1,19 %, STMicroelectronics -0,89 %, France Telecom -0,82 %, Oberthur CS -0,5 de 4 %, Iliad -0,48 %, Ubi Soft -0,27 %, Thomson -0,07 %. Quelques valeurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu, Alten 2,40 %, Infogrames 2,13 %, Capgemini 1,59 %, Steria 0,12 %, Dassault systèmes 0,03 %. À Wall Street, le rebond d’Oracle n’a pas suffi à accompagner les valeurs technologiques à la hausse. Dell a perdu -3,17 %, Applied Materials -3,15 %, eBay -1,48 %, Yahoo -1,40 %, Symantec -1,20 %, Cisco -1,19 %, Sun -1,15 %, IBM -0,78 %, Google -0,08 %. Hewlett-Packard est à la hausse de 3,64 %, Intel 0,99 %, Electronic Arts 0,81 %, Adobe 0,55 %, Amazon.com 0,37 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur