Bourse : Business Objects est sous pression

Cloud

La publication d’un indice ISM américain des services inférieur aux attentes s’est ajoutée au rebond des cours du pétrole pour plomber les marchés européens. La Bourse de Paris est repartie à la baisse à la suite des valeurs technos

La

Bourse de Paris, à l’image de ses homologues européennes, n’a pas su confirmer le souffle de reprise qui lui a permis de se reprendre lundi, à la veille de ce mardi 6 juillet qui ne restera pas dans les mémoires. Le CAC40 s’est replié dès la publication de l’indice ISM des services aux Etats-Unis, qui recule à 59,9 en juin, et termine sur une perte de 0,75% à 3.660,68 points. La multiplication à Wall Street des ‘profit warning’ -des éditeurs Veritas et Micromuse, et du fabricant de semi-conducteurs Conexant- a poussé l’indice Nasdaq des valeurs technologiques a plonger, entraînant dans son sillage le recul des technos et financières à Paris. Dans ces conditions, la Bourse de New York n’a pas surpris et clôture à la baisse. Si le Dow Jones se replie de 0,62% à 10.219,34 points, c’est surtout du côté des technos que le marché sanctionne avec leur indice qui est repassé sous la barre des 2000. Le Nasdaq plonge de 2,15% à 1.963,43 points. Malgré l’indice ISM et le cour du pétrole qui remonte, le dollar clôture à la hausse à Wall Street. 1,2290 dollar pour 1 euro, le billet vert avait terminé la semaine dernière à 1,2317. Ubi Soft perd 4,63%, Altran Technologies 4,03%, Infogrames 3,60% et Cap Gemini 2,31%, pour ne citer que ceux là. Après les rumeurs de rachat de Business Objects par Oracle, c’est au tour de JP Morgan de peser sur le titre qui perd 5,74%. La banque d’affaires a révisé sa recommandation à la baisse. Nexans, leader mondial de l’industrie du câble, chute de 4,95% après l’annonce d’une émission d’OCEANEs, des obligations à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles ou existantes, pour 120 millions d’euros, malgré que le groupe ait confirmé ses objectifs. Conextant Systems, fabricant de semi-conducteurs, plonge de 43,38% après avoir revu ses prévisions à la baisse. Avec lui, et avec l’aide de la banque d’affaires Lehman Brothers qui a revu à la baisse sa recommandation sur plusieurs valeurs du secteur, c’est tout un pan des semi-conducteurs américains qui plonge, comme Applied Micro Circuits qui dévisse de 10,21% ou Broadcom de 8,76%. Idem pour l’éditeur de logiciels de stockage de données Veritas Software, qui s’effondre de 35,97%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur