Bourse : Cap Gemini attend Transiciel et Lagardère fait des concessions

Cloud

Séance du jeudi 4 septembre : la Bourse fait une pause, tandis que les stratégies de reprise de l’économie se dessinent

La Bourse de Paris a observé une pause après trois séances consécutives à la hausse. Le CAC40 s’est contracté de 0,35%, à 3.410,69 points.

Soutenue par les indices positifs sur les services et les commandes à l’industrie, Wall Street termine une nouvelle fois en territoire positif. Le Dow Jones joue l’étale avec une frémissement de 0,2% à 9.587,90 points, tandis que le Nasdaq, profitant de recommandations positives sur les valeurs informatiques, progresse de 0,87% à 1.868,98 points.

L’indice ISM (Institute for Supply Management) s’est maintenu au même niveau qu’en juillet, 65,1, son meilleur niveau depuis juillet 1997. Les commandes à l’industrie enregistrent une hausse de 1,6%, nettement supérieure aux attentes. Cependant, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont déçu en augmentant de 15.000 à 413.000. Des deux côtés de l’Atlantique, les entreprises continuent de chercher des points de productivité et de marge en réduisant leurs coûts, donc leur masse salariale !

La première SSII européenne, Cap Gemini, a ramené sa perte nette à 90 millions d’euros à l’issue du premier semestre, contre 256 millions en 2002, avec un résultat d’exploitation de 81 millions d’euros. Si le chiffre d’affaires a baissé à 3,023 milliards d’euros, la marge s’est redressée, passant de 0,3% à 2,7%. Le groupe pousse sa prévision de marge d’exploitation à 5% pour l’année.

Sur le plan du rapprochement de la SSII avec Transiciel, Paul Hamelin, directeur général de Cap Gemini Ernst & Young, a déclaré qu’une décision serait prise rapidement. Rapprochement ou acquisition ? Il a rappelé que “Notre tradition c’est d’être actionnaire à 100% dans nos métiers“. Reste à attendre la publication des résultats de Transiciel, attendus pour le 10 septembre.

Selon le ‘Wall Street Journal’, dans la reprise de VUP, le pôle édition de Vivendi Universal, par Lagardère, Arnaud Lagardère serait prêt à d’importantes concessions pour obtenir l’approbation de la Commission européenne, et en particulier à la cession de 30% à 40% des actifs de VUP.

STMicroelectronics a confirmé la fermeture de son site de production de Rennes, et se dit prêt à reclasser l’ensemble de ses 428 salariés sur d’autres sites en France, si son programme incitant à la mobilité est accepté par ces derniers !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur