Bourse : déception pour Microsoft et Amazon

Cloud

Les places boursières terminent la semaine à la baisse, entraînées par Wall Street où les technologiques plongent. Un mois de juillet noir pour les marchés, jusqu’au Dow Jones qui repasse sous la barre des 10.000 points

La

Bourse de Paris a tenté de compenser, pour sa dernière séance de la semaine ce vendredi 23 juillet, la sévère correction enregistrée la veille. Une tentative de rebond rapidement stoppée par la baisse des marchés américains. Le CAC40, termine la semaine sur une nouvelle baisse de 0,16% à 3.567,29 points. Sur la semaine, l’indice vedette de la Bourse de Paris aura perdu 1,2%. Il faut dire que le marché boursier américain n’a vraiment pas mis du sien pour rassurer les investisseurs européens, d’autant que les faibles volumes d’échanges en période estivale favorisent la volatilité des cours. La Bourse de New York est repassée sous la barre des 10.000 points à la clôture. Le Dow Jones perd 0,88% à 9.962,22 points, en partie sous l’impulsion des valeurs technologiques avec le Nasdaq qui plonge une nouvelle fois, de 2,12% à 1.849,09 points, son plus bas depuis le début octobre 2003 ! Tous les gains enregistrés depuis le début de l’année par Wall Street ont été annulés et enfoncés ! Le Dow Jones a perdu 4,7% et le Nasdaq 7,7%. Le recul de ces dernières semaines est à l’image de la déception des investisseurs quant aux perspectives des entreprises pour la fin de l’année. Le bilan des publications de résultats à mi parcours reste mitigé. Les bénéfices ont progressé en moyenne de 22%, mais accusent un ralentissement par rapport au premier trimestre, sur un rythme qui devrait se prolonger au troisième trimestre. De nouveaux avertissements sur les résultats, même s’ils concernent en majorité des sociétés moins en vue (Chartered Semiconductor, Maytag, Pfizer et Sears) n’en ont pas moins joué leur rôle de déstabilisation. Quand au pétrole, le Nymex, le cours du baril de brut léger (light crude oil) à Wall Street, en se maintenant au dessus des 40 dollars, à 41,33 dollars, continue de peser sur le climat boursier et à favoriser la correction des marchés. Si la crainte du terrorisme domine ce marché, l’attitude des pétroliers américains reste ambiguë, qui se satisfont des cours élevés dont ils tirent un net profit. A Paris, le dollar continue de profiter du discours rassurant du président de la Fed. Le billet vert se reprend, à 1,20910 dollar pour 1 euro. Le plan offensif de Thomson a été plébiscité par le marché, ce qui n’a pas empêché le titre de perdre 0,91%, à la suite du Nasdaq, à l’image de Alcatel qui perd 1,67% ou STMicroelectronics 1,38%. Infogrames en progression de 5,95% et UBI Soft à 1,66% profitent des bons résultats du numéro un mondial Electronic Arts et de son concurrent Activision (lire notre article). En affichant un résultat trimestriel bénéficière pour la quatrième fois consécutive, Amazon a cependant déçu les investisseurs en se plaçant pas loin mais en dessous des attentes du marché. Le titre du premier libraire en ligne a plongé de 12,47%. Même sanction pour Microsoft, dont le titre recule de 3,31% malgré le projet de redistribuer dans les années à venir 75 milliards de dollars. Il faut dire aussi que si le chiffre d’affaires du premier éditeur mondial de logiciels a progressé plus fortement qu’attendu, le bénéfice net du groupe s’est au contraire placé en dessous des objectifs. Xerox, spécialiste de l’imagerie, se place à contre courant des technos américaines en annonçant un bénéfice net plus que doublé, mais surtout en révisant ses objectifs annuels à la hausse. Le titre gagne 3,68%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur