Bourse : Dell déçoit et tire les technos dans le rouge

Cloud

Le pétrole, encore une fois, avec un nouveau sommet historique à plus de 67 dollars le baril, a donné le ‘la’ aux places boursières. Les résultats du premier fabricant mondial d’ordinateurs PC, Dell, ont fortement déçu les marchés, et entraîné les technos dans sa chute

Pas une séance depuis quelques jours qui n’apporte son nouveau sommet historique pour le cours du baril de

pétrole brut léger (light sweet crude) au Nymex, la Bourse des matières premières à Wall Street. Cette dernière séance de la semaine n’a pas dérogé à la règle, le baril a atteint un nouveau sommet à 67,10 dollars. Avant de clôturer à 66,86 dollars. Rien ne semble vouloir arrêter la hausse du pétrole. Une progression qui semblait s’inscrire dans une relative indifférence des investisseurs blasés par ces ‘records’ successifs, jusqu’à ce que la publication du déficit commercial américain, qui continue de se creuser, ne soit venue leur rappeler que cette hausse continue pourrait bien nuire au redressement de leur économie ! La Bourse de Paris est repassée sous la barre des 4500 points, terminant la semaine sur une note négative dans le prolongement des prises de bénéfice et du cours du pétrole. Le CAC40 perd -0,72% à 4.476,48 points. Mais sur la semaine, l’indice vedette a gagné 1,24%. La Bourse de New York termine la semaine en baisse, entraînée par un nouveau record du cours du pétrole et la déception sur Dell. Le Dow Jones a cédé -0,80% à 10.600,31 points, et le Nadasq -0,81% à 2.156,90 points. Le déficit américain continue de se creuser sur le niveau élevé des cours du pétrole, à 58,8 milliards de dollars en juin. Contre 55,4 milliards en juin. Un mouvement qui ne semble pas vouloir s’arrêter, surtout qu’en juillet les prix à l’importation ont augmenté de 1,1%. C’est le troisième plus important déficit de l’histoire des Etats-Unis ! L’indice de confiance du consommateur américain, calculé par l’Université du Michigan, a fortement baissé en août, à 92,7. Malgré le déficit US, l’euro s’est inscrit en retrait, à 1,2440 dollar pour 1 euro. Dell déçoit doublement les marchés, par son chiffre d’affaires jugé insuffisant au second trimestre, et pas ses prévisions décevantes pour le trimestre en cours (lire notre article). Le titre plonge de -7,94% à Wall Street. Groupe Steria confirme sa bonne forme avec son chiffre d’affaires trimestriel en progression de 20,7% à 583,6 millions d’euros et une prévision optimiste pour l’exercice. A la satisfaction du marché qui fait bondir le titre de 4,68%. Parcours proche pour Unilog, dont le chiffre d’affaires au deuxième trimestre progresse de 25,3% à 193,1 millions d’euros. Mais en se contentant d’indiquer que ses perspectives pour l’exercice sont ‘satisfaisantes‘, ce qui est trop peu en l’absence de chiffres, le titre limite sa progression à 1,70%. Dans l’ensemble, les SSII françaises et les valeurs technologiques ont su profiter de leur bonne tenue. Soitec gagne 1,43%, Alten 1,04%, Altran 0,94%, Iliad (Free) 0,42%, Business Objects 0,34%, Atos Origin 0,18%. Mais le marché impose sa loi : Sony trébuche de -2,49%, Dassault Systèmes -1,70%, GFI Informatique -1,63%, STMicroelectronics -1,16%, Alcatel -1,01%, Capgemini -0,91%, Thomson -0,80%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur