Bourse : Dell déçoit mais rattrape le coup

Cloud

Retour à la hausse sur les places boursières européennes, qui ont terminé la semaine sur une nette progression. Dell a déçu Wall Street, c’était attendu, mais en jonglant avec l’annonce d’un rachat d’actions, il rebondit?

La

Bourse de Paris termine la semaine sur une belle performance, et dans le calme d’un 11 novembre. Le CAC40 a bondi de 1,27% à 4.536,49 points. Sur la semaine, l’indice vedette parisien a progressé de 0,84%. La Bourse de New York, soutenue par le repli des cours du pétrole, termine elle aussi la semaine sur une note positive. Le Dow Jones a gagné 0,43% à 10.686,04 points, et le Nasdaq 0,26% à 2.202,47 points. Sur la semaine, le Dow Jones et le Nasdaq ont gagné 1,5%. Après être monté sur son plus haut niveau des deux dernières années, à 1,1671 dollar, le dollar est reparti à la baisse, suite à des prises de bénéfices: il a terminé la semaine à 1,1722 dollar pour 1 euro. Le cours du pétrole continue de se replier. Les stocks de brut aux Etats-Unis restent supérieurs à leur niveau d’il y a un an, ce qui participe à détendre la pression. Le baril de pétrole brut léger termine au Nymex à 57,53 dollars. Malgré l’annonce par l’allemand Siemens d’une nouvelle suppression de 3.000 emplois dans les services informatiques, les valeurs technologiques se sont plutôt bien comportées. Soitec gagne 5,13%, Business Objects 3%, Capgemini 2,24%, Alcatel 2,02%, Iliad 1,52%, Altran 1,21%, Thomson 0,85%. Quelques replis : Atos Origin -0,79%, GFI Informatique -0,68%, Alten -0,28%, France Télécom -0,09%. STMicroelectronics profite d’une étude optimiste de Merrill Lynch et du relèvement de sa recommandation pour bondir de 3,37%. A Wall Street, Dell Computer a négocié avec astuce la déception de ses résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Avec l’annonce d’un plan de rachat d’actions de plus de 1,7 milliard de dollars, le titre a gagné 0,68%. Le studio d’animation DreamWorks constate la dégradation de la valeur estimée du film Wallace et Gromit, ce qui entraîne une provision exceptionnelle, donc une perte nette trimestrielle de 665.000 dollars, et la chute du titre de -6,52%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur