Bourse : Disney fait frissonner Paris

Cloud

Séance du vendredi 1er août : plutôt calme sur les valeurs technologiques, elle s’est déroulée sous la pression du mauvais indice américain du chômage, qui fait désordre en période supposée de reprise

L’avertissement d’Euro Disney, qui ne pourra pas respecter tous ses engagements à la suite d’une baisse de sa fréquentation, a pesé sur la Bourse de Paris. Le titre a perdu 11,48% à 0,54 euro.

L’annonce cumulée avec la publication, avant ouverture de Wall Street, d’indices américains jugés décevants a retourné la tendance à Paris: le CAC40 a perdu 1,27% à 3.169,63 points. Sur la semaine, l’indice a progressé de 1,92%. L’indice PMI des directeurs d’achats de la zone euro reste encore contracté sous la barre des 50, mais progresse à 48,0 en juillet, contre 46,6 en juin. Par contre, pour la France, l’industrie manufacturière enregistre un nouveau repli des commandes, de la production et de l’emploi, pour le cinquième mois consécutif. L’indice du chômage en juillet aux Etats-Unis, avec une perte de 44.000 emplois, a déçu les investisseurs, qui s’attendaient au pire à une stabilité, alors que l’économie américaine semble s’engager sur la voie de la reprise. Le Dow Jones a reculé de 0,86% à 9.153,97 points, perdant 1,4% sur la semaine. Et le Nasdaq a abandonné 1,12% à 1.715,59 points, soit une perte de 0,87% sur la semaine. Business Objects a annoncé ses résultats pour le second trimestre. Le bénéfice net du groupe, 11,5 millions de dollars, est en baisse de 3%. A l’inverse, son chiffre d’affaires progresse de 16% à 129 millions de dollars. L’éditeur de logiciels a souligné le succès de sa nouvelle suite de produits Enterprise 6. Les mises à jour de logiciels et renouvellements de contrats de maintenance ont progressé de 37% sur le trimestre. La rumeur d’une OPA de Hewlett Packard sur CAP Gemini Ernst & Young profite au titre Cap Gemini: avec un gain de 2,87% vendredi, il a progressé de 8,6% sur la semaine.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur