Bourse : Ericsson rassure les télécoms

Cloud

La Bourse de Paris recule, ce lundi 20 septembre, mais préserve de justesse les 3700 points acquis vendredi, avec l’appui des indices de la bourse de New York

Une certaine fébrilité s’est emparée des places boursières à la veille de la réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale américain. La stabilité de l’inflation aux Etats-Unis rassure le marché en éloignant la perspective d’une révision à la hausse des taux directeurs. Cependant, en matière de politique monétaire, rein n’est vraiment acquis, et certains analystes misent sur une hausse de 25 points !

La Bourse de Paris a limité ses pertes, malgré les profit warning d’Unilever en Europe et de Colgate Palmolive aux Etats-Unis, qui ont pesés sur les principales places boursières. Le CAC40 termine dans le rouge, avec un recul de 0,60% à 3.703,69 points, se redressant dans l’après midi pour terminer au dessus du seuil des 3700 points. La Bourse de New York termine finalement en retrait sur les profits warning. Le Dow Jones recule de 0,77% à 10.204,89 points. Quand à l’indice des valeurs technologiques, le Nasdaq, il limite sa chute à 0,11% à 1.908,07 points, avec l’appui des semi-conducteurs. Le cours du pétrole continue de mener la danse, surtout lorsqu’il franchit la barre des 46 dollars au Nymex sur le brut léger, à 46,35 dollars. Une tendance accentuée par le cyclone Ivan. Le dollar continue d’évoluer sur une fourchette limitée, et accuse une baisse légère, à 1,2166 dollar pour 1 euro. Le suédois Ericsson a rassuré le marché des télécoms en révisant à la hausse ses objectifs de ventes sur l’année à 600 millions de téléphones mobiles. De quoi rassurer sur la croissance du secteur. Si les valeurs technologiques ont suivi le mouvement baissier, à l’exception notable de Thomson, qui gagne 1,05%, STMicroelectronics a profité de l’effet Ericsson pour progresser de 0,54%. A l’opposé, Capgemini affiche un repli sensible de 2,62%, ainsi qu’Alcatel dont le titre chute de 1,90% et Atos Origin, 1,30%. Euro Disney surprend avec un bond de 10,34% sur la perspective d’accord avec ses créanciers.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur