Bourse : Finmeccanica réduit sa participation dans STMicroelectronics

Cloud

Les places boursières européennes ont profité du rebond de Wall Street la veille pour se redresser. Les valeurs technologiques en profitent pour se redresser des deux côtés de l’Atlantique

La stabilité relative du pétrole et du dollar est venue apporter son coup de pouce à une séance qui s’annonçait plutôt favorable après la clôture en vert de Wall Street mardi. A la

Bourse de Paris, le CAC40 gagne 1,36% à 3.659,92 points. La Bourse de New York s’est contentée de confirmer ses gains de la veille, malgré la publication d’indices décevants. Le Dow Jones trébuche de 0,08% à 10.109,89 points, mais le Nasdaq gagne 0,59% à 1.976,15 points, confirmant la santé des technologiques. Déception donc sur le front des indices économiques américains. Les commandes de biens durables ont reculé de 2,9% en avril. Les économistes n’attendaient pas un rempli d’une telle ampleur ! Quant aux ventes de logements neufs, par opposition à l’ancien, elles reculent de 11,8%. Dans ces conditions, le dollar se maintient en légère baisse. 1,2106 dollar pour 1 euro à Wall Street. Les valeurs technologiques ont enregistré un rebond que l’on qualifiera de technique, mais qui profite au marché. Infogrames respire et gagne 5,46%. Capgemini progresse de 3,62%, Thomson de 3,59% et Altran de 2,99%. STMicroelectronics profite de l’annonce du projet de cession de 5,5% à 6% de son capital par l’italien Finmeccanica, qui possède une participation de 17,25% dans le capital du fondeur. Le titre gagne 3,95%. Alcatel signe un contrat pour l’équipement en communication de plusieurs gares des Philippines pour plusieurs millions de dollars et un titre qui gagne 2,10%. Computer Associates renoue avec les bénéfices pour son quatrième trimestre, 89 millions de dollars contre une perte de 106 millions un an plus taux. Le chiffre d’affaires de 850 millions de dollars progresse de 10%, et le titre gagne 7% à Wall Street. Mauvaise journée pour Alstom, qui plonge de 8,47%. Le groupe a publié une perte annuelle de 1,836 milliards d’euros, supérieure aux attentes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur