Bourse : inquiétude sur l’informatique avec SAP

Cloud

L’éditeur allemand SAP subit de plein fouet la chute du dollar et entraîne les valeurs informatiques dans sa chute. La Bourse peine à se maintenir en progression

L’éditeur de logiciels SAP apporte la démonstration de l’effet dollar sur les entreprises européennes. La faiblesse du billet vert par rapport à l’euro a fortement affecté les résultats de l’éditeur allemand, qui a publié ses ventes provisoires pour le quatrième trimestre. De quoi inquiéter les investisseurs sur les perspectives du secteur informatique.

Les éditeurs de logiciels ont trébuché à la suite de SAP. Cap Gemini a perdu 5,1%, Atos Origin 5%, Business Objects 2,2% et Dassault Systèmes 1,7%. Dans l’attente de la publication du Beige Book de la Réserve fédérale américaine, ce mercredi 14 janvier, le dollar et l’euro se sont stabilisés aux environs de 1,27 dollar pour un euro. En revanche, l’enquête du Conference Board fait ressortir une pointe d’inquiétude chez les chefs d’entreprise, avec un indice d’optimisme qui se replie de 66 en novembre à 64 en décembre. Après avoir fait illusion jusqu’à mi séance, la Bourse de New York termine en repli. Le Dow Jones clôture en baisse de 0,55% à 10.427,18 points, et le Nasdaq de 0,73% à 2.096,44 points. Les investisseurs américains ont surtout été marqués par la mise en accusation par la SEC de 13 sociétés de Bourse qui auraient reçues des paiements de la part de ‘mutual funds‘ pour la recommandation de leurs actions. Le scandale touche les fonds de pension, un secteur stratégique de l’économie US qui représente 7.000 milliards de dollars. La moitié des courtiers mis en accusation aurait négocié des arrangements plus ou moins secrets avec la SEC afin d’éviter d’être cités nominativement, ce qui serait le cas de Morgan Stanley qui aurait accepté de payer 50 millions de dollars. Contraint par les inquiétudes liées aux premiers effets enregistrés de la chute de la valorisation du dollar, la Bourse de Paris a limité ses gains. Le CAC40, après avoir lorgné sur les 3.600 points, a terminé sur un gain limité de 0,45% à 3.576,18 points. Quelques valeurs tirent cependant leur épingle du jeu. Alcatel profite des contrats signés avec Motorola et avec T-Mobile pour gagner 4%. EADS progresse de 1,1% et Thales de 1,9%: les deux groupes profitent de l’imminence du choix de la RAF pour les avions ravitailleurs d’Airbus. Vivendi Universal remanie la direction de VU Games et gagne 1,5%, et Lagardère gagne 1,8% avec l’annonce du rachat du Seuil par La Martinière. Et même France Télécom grappille 0,4% sur les conclusions de la Commission européenne qui s’annoncent favorables à propos du dossier des aides de l’Etats à l’opérateur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur