Bourse : le calme s’installe à la veille des fêtes

Cloud

La rumeur de menaces d’attentas terroristes sur certaines villes américaines est venu troubler une fin de semaine technique avec les expirations trimestrielles et une accalmie à la veille de Noël

La Bourse de Paris a su préserver les 3.500 points, le CAC40 ayant clôturé ce vendredi 19 à l’équilibre avec un retrait de 0,03% à 3.502,04 points. Ce qui termine une semaine globalement positive en progression de 0,9%.

Le dollar aura été l’élément le plus marquant de la semaine: il a continué à se déprécier face à l’euro qui a gagné 1% sur la semaine et a atteint jeudi un nouveau pic historique à 1,2440 dollar. La vigueur de l’euro pèse sur les titres orientés dollar, comme Thomson, EADS ou STMicroelectronics. Côté valeurs, on retiendra surtout le plongeon de Cap Gemini après son avertissement sur son chiffre d’affaires et sa marge trimestriels. Le titre a perdu 13,5% sur la semaine. Sur le marché américain, la fin de semaine qui s’annonçait très calme n’a été troublée que par l’annonce de rumeurs d’attentats sur la chaîne ABC émanant des services secrets américains et visant plusieurs villes, dont plus particulièrement New York. A Wall Street, la séance de vendredi s’est terminée sur une note mitigée: le Dow Jones a progressé de 0,29% à 10.278,22 points, tandis que le Nasdaq a perdu 0,26% à 1.951,02 points. Les échanges se sont vus techniquement gonflés par la “journée des trois sorcières“, avec les expirations trimestrielles d’options et de contrats à terme. La semaine aura été globalement bénéfique à la Bourse de New York où le Dow Jones a gagné 2,29%, mais nettement moins aux valeurs technologiques; le Nasdaq n’inscrit qu’une très légère progression de 0,1%. Le fabricant de modules pour téléphones mobiles Wavecom nous refait le coup de la fin 2002 : l’accumulation des annulations de commandes entraîne le groupe à réviser à la baisse ses objectifs pour le quatrième trimestre. L’avertissement du 6 décembre 2002 avait fait chuter le titre de 52%, celui de vendredi n’aura pas pris les investisseurs par défaut, qui ont tout de même sanctionné Wavecom d’un recul de 19,48%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur