Bourse : le Nasdaq trébuche, les technos chutent

Cloud

Les technos se sont repliées dans le sillage du Nasdaq et de leurs homologues
américaines et ont quasiment toutes plongé dans le rouge. Les prix à la
production ont flambé aux Etats-Unis?

La Bourse de Bangkok (Thaïlande) s’est effondrée (-14,8 %) après l’annonce d’un renforcement du contrôle des changes afin de freiner les spéculations sur sa monnaie, le baht. Ces spéculations sont coutumières dans les pays émergeants et dangeureuses pour leurs économies. Troisième place boursière d’Asie, elle pourrait entraîner ses homologues dans sa chute.

La Bourse de Paris a accéléré son repli, l’indice vedette est revenu se placer sous la barre des 5500 points. Le CAC40 a perdu -0,82 % à 5.484,76 points.

La Bourse de New York a su profiter du rebond du cours du pétrole et des valeurs pétrolières pour se redresser en fin de séance. Le Dow Jones a progressé de 0,24 % à 12.471,32 points, en revanche la déception d’Oracle a fait reculer le Nasdaqde -0,25 % à 2.429,55 points.

Le Département américain du Travail a publié une hausse des prix à la production en novembre de 2 %. C’est la plus forte hausse enregistrée depuis novembre 1974 ! Si l’on exclut l’alimentation et l’énergie, la hausse a été de 1,3 %. Les économistes attendaient 0,5 % et 0,2 %. L’annonce aura peu d’effet, les prix de ventes au détail n’ont pas bougé sur la même période !

Profitant d’un surprenant indice Ifo du climat des affaires en Allemagne supérieur aux attentes et au plus haut depuis 15 ans (porteur d’un fort potentiel de hausse des taux directeurs en Europe), l’euro a repris du terrain face au dollar, à 1,3192dollar pour 1 euro. Le cours du pétrole est revenu se placer au dessus de la barre des 63 dollars, le baril de brut léger s’est négocié au Nymex à 63,15 dollars à la fermeture de Paris.

Philippes Geyres a été nommé directeur général délégué d’Oberthur Card Systems, dont le titre a cédé -0,41 %. Il quitte STMicroelectronics, qui a chuté de -1,34 %, où il occupait la place de numéro 3.

A l’exception d’Atos Origin, dont le titre a progressé de 0,11 %, et d’Ubi Soft qui est resté stable, les valeurs technologiques se sont massées dans le rouge. Iliad a perdu -0,08 %, EADS -0,21 %, France -0,33 %, Business Objects -0,37 %, Vivendi -0,37 %, Steria -0,48 %, Sopra Group -0,58 %, Capgemini -0,71 %, Thomson -0,74 %, Soitec -1,63 %, GFI Informatique -1,80 %, Gemalto -1,83 %, Alten -2,23 %, Altran -2,23 %, Alcatel-Lucent -2,55 %, Gemplus -2,61 %, Infogrames -2,63 %, Dassault Systèmes -3,24 %.

A Wall Street, après la publication de ses résultats trimestriels, certes en progression et en ligne avec les prévisions, mais pas dans les proportions attendues par les investisseurs qui les ont jugés décevants, surtout sur les ventes de licences, le géant américain des progiciels Oracle a vu son titre lourdement sanctionné. Le titre a plongé de -4,52 %.

Symantec a progressé de 1,57 %, Google 1,26 %, HP 1,00 %, Apple 0,98 %, IBM 0,59 %, Yahoo 0,42 %, Amazon.com 0,41 %, Adobe 0,39 %, Microsoft 0,33 %, Cisco 0,07 %. Sun a reculé de -0,18 %, Electronic Arts -0,28 %, Applied Materials -0,82 % Intel -0,86 %, eBay -0,89 %, Dell -0,99 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur