Bourse : le plongeon de Lagardère suit celui d’EADS/Airbus -et tout le marché…

Cloud

La crise du crédit immobilier aux Etats-Unis est venue précipiter la tendance
baissière des marchés. Les technos n’ont pas fait exception: lourdement
sanctionnées?

Le titre Lagardère a créé la mauvaise surprise dès hier. Il se tenait jusqu’à présent à l’écart des remous d’EADS, dont il est pourtant un des principaux actionnaires, mais les déboires d’Airbus ont fini par le rattraper. Le résultat net consolidé du groupe a été plus que divisé par deux, à 291 millions d’euros, tandis qu’hors EADS il a progressé de 5 % à 378 millions. Le titre a plongé de -3,56 %.

Et pendant ce temps, une grosse commande signée par Airbus avec la compagnie philippine Cebu Pacific a permis au titre EADS de repartir à la hausse, de 0,36 %.

Nouvelle séance en net repli à la Bourse de Paris, entrainée par une dégringolade à Wall Street et ses valeurs financières. Le CAC40 a chuté de -1,15 % à 5.432,90 points, dans la moyenne du recul des marchés boursiers européens.

L’indice ZEW du climat des affaires en Allemagne a progressé de 2,9 points pour le quatrième mois consécutif, à 5,8 points. Mais les analystes attendaient mieux !

A Wall Street, l’actualité est venue des fortes inquiétudes sur le marché du crédit immobilier, après la suspension de cotation de New Century Financial, un spécialiste du crédit immobilier à risque aujourd’hui au bord de la faillite. Aux Etats-Unis, près de 5 % des remboursements de prêts immobiliers n’ont pas été honorés au cours du quatrième trimestre 2006 !

La Bourse de New York a plongé, le Dow Jones a perdu -1,97 % à 12.075,96 points et le Nasdaq de -2,15 % à 2.350,57 points.

Les ventes de détail aux Etats-Unis n’ont progressé que de 0,1 % en février, en dessous des attentes des analystes. Dans le même temps, les stocks des entreprises ont progressé de 0,2 %.

Le dollar continue de perdre du terrain, à 1,3197 dollar p our 1 euro. Le cours du pétrole continue de se replier, à 58,04 dollars le baril de brut léger au Nymex.

Les hausses ont été rares chez les technos à Paris : Ubi Soft a gagné 4,58 %, Ingenico 0,87 %, Soitec 0,49 %, STMicroelectonics 0,00 %. La tendance à la baisse a été respectée, Gemalto -0,10 %, Alcatel-Lucent -0,11 %, France Télécom -0,56 %, Vivendi -0,82 %, Sopra Group -0,90 %, GFI Informatique -1,23 %, Capgemini -1,30 %, Thomson -1,36 %, Business Objects -1,42 %, Atos Origin -1,75 %, Dassault Systèmes -1,77 %, Steria -1,77 %, Oberthur CS -1,79 %, Altran -1,94 %, Alten -2,28 %, Iliad -2,81 %, Infogrames -7,69 %.

A Wall Street, Texas Instruments a affiné ses prévisions de résultats, qui restent dans la fourchette initialement prévue, ce qui n’a pas été du goût des investisseurs, le tire a perdu -2,61 %.

Les valeurs technologiques américaines se sont massées dans le rouge. Applied Materials a perdu -1,24 %, Yahoo -1,43 %, IBM -1,49 %, Apple -1,64 %, Intel -1,85 %, eBay -1,90 %, HP -2,03 %, Oracle -2,46 %, Adobe -2,50 % , Dell -2,51 %, Sun -2,54 %, Amazon.com -2,55 %, Cisco -2,56 %, Google -2,58 %, Microsoft -2,62 %, Electronic Arts -2,82 %, Symantec -3,53 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur