Bourse: le retour de Business Objects

Cloud

Oublié, le plus haut annuel affiché par le CAC40 en cours de séance, ce vendredi 29 juillet. Le chiffre du PIB américain, à peine conforme aux attentes, a fait basculer les marchés européens dans le rouge.

Le calme estival s’installe sur les places boursières – avec des volumes d’échanges qui se réduisent – où la période des publications de résultats trimestriels ou semestriels bat son plein et s’annonce globalement plutôt positive.

La Bourse de Paris termine la semaine sur un repli sous l’effet des prises de bénéfices. Le CAC40 recule de -0,24% à 4.451,74 points. Sur le semestre, l’indice vedette parisien a gagné 16,5%. La Bourse de New York s’est inscrite à la baisse dès la publication des chiffres du PIB, un recul accentué par le passage du pétrole au dessus des 60 dollars. Le Dow Jones recule de -0,60% à 10.640,91 points, et le Nasdaq de -0,62% à 2.184,83 points. En première estimation, le PIB (produit intérieur brut) trimestriel des Etats-Unis a progressé de 3,4% en rythme annualisé. C’est tout juste conforme aux attentes des économistes, mais surtout inférieur au chiffre du premier trimestre, 3,8%, marquant un léger ralentissement de la reprise économique américaine. Focalisés sur le PIB US, les investisseurs ont apporté peu d’attention à la publication de l’indice de confiance des consommateurs américains de l’Université du Michigan. A 96,5 au mois de juillet, il progresse par rapport à juin (96) et confirme les attentes des analystes. En revanche, l’indice des directeurs d’achats de la Fed de Chicago surprend par l’ampleur de son rebond, à 63,5 en juillet, de dix points au dessus des attentes des analystes. Rassurant, les 53,6 enregistrés en juin, le chiffre le plus bas des deux dernières années, n’auront probablement été qu’un épiphénomène. Les bons indices américains, même s’ils déçoivent quelque peu pour certains d’entre eux, profitent au dollar qui se redresse légèrement, à 1,2121 dollar pour 1 euro. Un incident sur une raffinerie au Texas, et c’est le cours du baril de pétrole brut léger qui repart à la hausse et se place qu dessus de la barre des 60 dollars, terminant la semaine à 60,57 dollars le baril au Nymex. Business Objects bondit de 16,17% après la publication de ses résultats en forte hausse, en particulier le doublement de son bénéfice net (lire notre article). Le titre profite ainsi de la révision à la hausse des objectifs de JP Morgan et First Albany. Décidément, le secteur des jeux vidéo souffre d’une difficile période de transition, avant l’arrivée de la nouvelle génération de consoles de jeux. Après Electronic Arts et le groupe Guillemot (Ubi Soft), c’est au tour d’Infogrames de publier un chiffre d’affaire trimestriel qui d’une année sur l’autre plonge de 163,7 à 55,5 millions d’euros. Un résultat attendu, le titre chute de -2,37%. Le groupe de médias en ligne News Corp recule de -1,31% après la démission surprise de Lachlan Murdoch, fils du fondateur du groupe Rupert Murdoch, pourtant favori pour la succession de son père à la tête de l’empire familial.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur