Bourse : le retour des actions

Cloud

Séance du lundi 10 février : l’Irak a pour une fois soufflé dans le bon sens sur Wall Street, mais trop tard pour Paris

Comme attendu avec le maintien du taux directeur de la Fed, sur un marché qui ne demande qu’à repartir, appuyé par le geste de Bagdad qui autorise le survol de son territoire par les U2 américains, les actions entament un lent retour sur le devant de la scène économique. La Banc of America Securities évolue dans ce sens, et accroît de 70% à 75% le poids des actions au détriment des obligations dans son portefeuille d’investissement. Un climat qui profite aux actions, mais aussi au dollar.

Paris n’a pas profité de l’annonce de l’Irak

Le marché boursier parisien est terne, paralysé par la tension autour de l’Irak qui s’est instaurée entre les Etats-Unis et certains de ses alliés européens, dont la France. Le CAC40 souffre de ne pouvoir se maintenir en zone positive, et rompt la barre des 2.800 points, -0,87% à 2.772,26 points.

Maintenant sa ligne politique, la France à opposé son veto, ainsi que la Belgique, et avec l’appui de l’Allemagne, à la participation de l’Otan au conflit contre l’Irak. Une prise de position qui accentue la dégradation des relations diplomatiques entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, ces deux derniers étant rejoints par la Russie.

Les premiers effets de la valorisation de l’euro par rapport au dollar se font ressentir. Le chiffre d’affaires de EADS en 2002 a reculé sur la réduction attendue des commandes, mais aussi par l’effet de change défavorable.

L’Irak rassure Wall Street. Une fois n’est pas coutume !

L’accord de l’Irak pour le survol de son territoire, sans limitation, par les avions-espions américains U2, a rassuré les milieux financiers, et laissé planer le maigre espoir d’un règlement à l’amiable du conflit.

La Bourse de New York a mis fin à quatre séances consécutives de morosité négative. Les indices sont revenus se replacer en territoire positif. Le Dow Jones se reprend à +0,71%, 7.920,11 points, tandis que le Nasdaq rebondit à 1.296,68 points, +1,11%.

Les télécoms se sont particulièrement redressées après la révélation par le “New York Times” de négociations pour la cession du bouquet satellite DirecTV de Hugues Electronics, propriété de General Motors, à SBS Communications, pour dix milliards de dollars. De son coté, l’opérateur télécoms AT&T a terminé en enregistrant la plus forte progression de l’indice Dow Jones, frôlant de peu les +4%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur