Bourse : le risque de guerre chimique a fait plonger les cours

Régulations

Séance du vendredi 24 janvier: l’accumulation de résultats et d’indices positifs n’a pas tenu face à la publication par la BBC d’une information évoquant le risque d’usage d’armes chimiques en cas de guerre contre l’Irak

Sixième séance à la baisse consécutive pour le CAC40, -0,66% à 2.898,60 points, qui clôture une semaine particulièrement éprouvante pour les actions. Les perspectives de guerre, avec la publication, lundi, du rapport de l’ONU, ne vont pas aller dans le sens d’une amélioration des investissements boursiers. Le CAC40, qui a renoué avec les planchers d’octobre, pourrait retourner rapidement sous la barre des 2.700 points. Les valeurs TMT, après avoir brillé toute la semaine, sont reparties à la baisse. Cependant, Alcatel, +2,9% à 6,59 euros, a profité des annonces de Nortel et des résultats du finlandais Nokia. Cap Gemini s’est maintenu en progression, +4,3%, Orange à +2,2% et France Telecom à +0,55% ont finalement bien terminé. Quant à Vivendi Universal, avec une baisse de -1,5% à 16,54 euros, il renonce à ses gains initiaux, sous la pression internationale de la renégociation de la participation de Barry Driller dans Vivendi Universal Entertainment, et en France sur la renégociation annoncée des droits de télédiffusion de Canal+ (championnat de France de football). A Wall Street, les résultats encourageants de Nortel Networks et d’Amazon.com n’ont pas suffi à remonter le moral des investisseurs. Le Nasdaq a encaissé une chute importante et a rejoint son plus bas niveau du mois, -3,32% à 1.342,14 points. Le Dow Jones a reculé de -2,85% à 8.131,01 points. L’annonce par la BBC du risque d’usage de l’arme chimique par l’Irak, en cas de tentative d’envahissement par des armées occidentales, a exacerbé leur prudence coutumière. Dans les biotechnologies, le numéro-un mondial, Amgen, a triplé son bénéfice au quatrième trimestre, à l’appui d’une progression de +42%, à 5 milliards de dollars, de son chiffre d’affaires au cours de l’année 2002.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur