Bourse : le sauvetage de Bear Sterns fait peur à Wall Street

Après avoir ouvert dans de bonnes dispositions, Wall Street s’est finalement enfoncé tout au long de la séance de vendredi. En cause : le sauvetage en urgence de la grande banque d’affaires et de courtage américaine Bear Sterns qui illustre une nouvelle fois les conséquences de la crise des ‘subprimes’.

La banque d’investissements new-yorkaise va être renflouée, pour une période pouvant aller jusqu’à 28 jours, par sa concurrente JPMorgan Chase (-4,12% à 36,54 dollars) et, chose extrêmement rare, par la Réserve fédérale de New York.

Terrorisés par cette annonce, les courtiers ont donc vendu en masse (notamment du Bear Sterns qui perd 48%!) : le Dow Jones perd 1,6% soit 194,65 points pour descendre à 11.951,09 points. L’indice élargi Standard & Poor’s 500 a chuté de 2,08% soit 27,34 points terminant à 1.288,14 points. Le composite du Nasdaq, la Bourse des valeurs technologiques, a reculé de 2,26% soit 51,12 points à 2.212,49 points.

Grâce à la massive opération des banques centrales qui se sont engagées mardi à mettre sur le marché pour 200 milliards de dollars de liquidité via des opérations gagées sur les Bons du Trésor américains, ce qui a permis au Dow de gagner plus de 3%, Wall Street sauve les meubles sur la semaine. Le Dow a gagné 0,5%, le S&P a perdu 0,4% et le Nasdaq est resté inchangé.

Si les valeurs financières se sont faites remarquer à la baisse, Microsoft et Yahoo ont également plongé (respectivement -2,3% et -2,9%) suite aux révélations du WSJ évoquant une premièe rencontre pour discuter fusion.

La semaine qui vient sera marquée par la décision de la Fed qui doit décider mardi, à la suite de son comité de politique monétaire, si elle continue ou non à baisser les taux et à quel niveau. Les marchés s’attendent à un nouveau geste fort de l’ordre de 75 points de base (0,75%) pour les ramener de 3% à 2,25%.

Le décrochage américain a évidemment eu un impact direct à Paris. Après avoir navigué dans le vert, le CAC40 s’est brutalement retourné, lâchant finalement 0,82% à 4.592,15 points. Sur la semaine, la perte s’établit à -0,58%, sur l’année, elle atteint 18,20%.

Seuls les produits de base (+1,27%) et de la chimie (+0,09%) ont terminé en dans le vert. Les banques (-2,01%) et les technologiques (-1,81%) ont essuyé les plus fortes baisses sectorielles.

Alcatel-Lucent a signé la plus forte baisse du CAC, de 3,11% à 3,42 euros.

Les autres places européennes ont également fini dans le rouge. Londres a perdu 1,07% et Francfort 0,75%. Les indices paneuropéens, EuroStoxx 50 et l’EuroFirst 300 ont reculé de 0,82% et de 0,95%.

Le dollar et le pétrole restent tout près de leurs records absolus. Un euro s’échange contre 1,5674 dollar tandis que l’or noir est dessus de la barre des 110 dollars.