Bourse : les technos repartent à la hausse

Cloud

Francis Mer se prononce pour l’OPA de Sanofi sur Aventis, Intel profite du lancement du Pentium 4, et Oracle inquiète, alors que son patron envisage de cèder une partie de ses actions

Les Bourses européennes se sont repliées après la publication de l’indice ISM de l’industrie américaine. A la Bourse de Paris, le CAC40 a terminé ce lundi 2 février sur un gain modéré de 0,73% à 3.665,02 points.

L’indice ISM de l’Institute of Supply Management n’aura finalement déçu que le marché européen ! Les places boursières américaines se sont montrées indifférentes à la publication d’un indice à 63,6 points pour janvier, légèrement inférieur aux attentes des analystes. En l’absence de catalyseur, la Bourse américaine termine sur une note mitigée, où finalement les technologiques se sont repliées. A Wall Street, le Dow Jones progresse de 0,11% à 10.499,18 points, et le Nasdaq recule de 0,15% à 2.063,15 points. L’euro s’affaiblit doucement, et vise les 1,24 dollar. Sur un marché des changes plutôt calme, les cambistes attendent la réunion des ministres du G7, mais aussi les chiffres de l’emploi US qui seront publiés vendredi. La perspective des licenciements qui pourraient suivre le rapprochement d’Aventis et de Sanofi Synthélabo dessert les ambitions de ce dernier, qui perd 1,75% alors que sa cible gagne 0,56%. De son côté, le ministre de l’économie, Francis Mer, s’est déclaré favorable à la fusion. Résultat affichant un million d’euros et chiffre d’affaires supérieurs aux attentes pour le leader mondial des équipementiers du câble: sur la base des résultats préliminaires de l’exercice 2003, Nexans a terminé sur une hausse de 7,35%. L’annonce mondiale de la sortie du Pentium 4 Prescott, cumulée avec les chiffres encourageants de la Semiconductor Industrie Association pour 2003, chiffre d’affaires du secteur en progression de 18,3% à 166,4 milliards de dollars, ont profité au titre Intel

Oracle est en retrait après l’annonce faite par son p-dg Larry Ellison et son directeur financier, Jeff Henley, de céder une partie de leurs actions. Infogrames poursuit son repli, 2,82%, après l’avertissement de sa filiale Atari. L’éditeur de jeux vidéo entraîne dans sa chute son concurrent Ubi Soft, qui a perdu 1,88%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur