Bourse : les technos sont à la peine, les taux font pression

Cloud

Le démarrage en fanfare de la saison des publications trimestrielles ne profite pas à la Bourse: elle tergiverse par crainte de voir la politique monétaire américaine se resserrer plus ou trop rapidement

Les investisseurs se détournent des premiers résultats trimestriels des entreprises, pourtant plutôt favorables, pour se focaliser sur les données économiques américaines jugées trop encourageantes, avec la crainte de voir la Fed remonter ses taux directeurs beaucoup trop rapidement à leur goût.

Dans ce climat particulier, où les entreprises qui vont bien et mieux laissent les investisseurs quasi indifférents, la Bourse de Paris s’est faite hésitante, à l’unisson des places boursières européennes. Au final, ce jeudi 15 avril, et malgré sa résistance, le CAC40 perd 0,23% à 3.722,76 points. Les acteurs de la Bourse de New York ont le regard tourné vers les indices économiques, ce qui entraîne une attitude paradoxale : plus ces derniers deviennent bons et plus la Bourse américaine est tendue. La preuve par les chiffres, le Dow Jones recule de 0,19% à 10.397,46 points, et le Nasdaq de 1,12% à 2.002,17 points, alors que les résultats trimestriels d’entreprises, en particulier technologiques, sont jusqu’à présent majoritairement encourageants? Aux Etats-Unis, les demandes hebdomadaires d’allocations chômage enregistrent une nette remontée, passant de 330.000 à 360.000, tandis que la réserve fédérale de Philadelphie publie son indicateur d’activité, positif pour le onzième mois consécutif, et même supérieur aux attentes à 32,5 points, contre 24,2 en mars. La réserve fédérale de New York, quant à elle, a publié son indice d’activité manufacturière, qui ressort en hausse à 36,05, contre 25,33 en mars, et une nouvelle fois nettement supérieur aux attentes. Le dollar clôture sur une baisse relative mais se maintient sous la barre des 1,20, l’euro termine à 1,1948 dollar. Les valeurs technologiques sont les grandes perdantes de la journée, malgré les résultats encourageants d’Apple et d’AMD. Atos Origin perd 3,73%, Alcatel 2,53%, Cap Gemini 2,22%, Altran 2,09%, STMicroelectronics 1,86%, Steria 1,73%. Le fondeur AMD, concurrent d’Intel sur les processeurs, renoue avec les profits. 45,1 millions de dollars en bénéfices ? les analystes attendaient une perte de 142 millions – et un chiffre d’affaires trimestriel qui progresse de 1,48 milliard à 1,9 milliards de dollars, ce qui n’a pas empêché la Bourse de New York de sanctionner le titre qui perd 5,26%. Toujours à New York, Apple profite de ses résultats et progresse de 9,98%, mais pas Texas Instruments qui chute de 2,30% malgré le relèvement de plusieurs recommandations. Mais le gagnant de la journée aura été Rambus. Le fabricant de microprocesseurs gagne 11,04% avec ses résultats trimestriels en hausse. Dernière minute : IBM profite de la hausse des dépenses technologiques

IBM publie son cinquième trimestre consécutif bénéficiaire, avec un chiffre d’affaires de 22,2 milliards de dollars en hausse de 11% et supérieur aux attentes, et un bénéfice net de 1,60 milliard de dollars. Big Blue a surtout profité de la dépréciation du dollar, sans laquelle son chiffre d’affaires n’aurait progressé que de 3% ! Par contre le volume des nouveaux contrats, 10,5 milliards de dollars, se situe dans la fourchette basse des prévisions du groupe, qui n’a pas signé de très gros contrat? Ce qui pourrait se révéler plutôt inquiétant pour IBM, qui tire la moitié de son chiffre d’affaires des services, dont malheureusement le prix chute avec la stratégie ‘à la demande‘. Big Blue se veut cependant rassurant, et affirme percevoir un “renforcement de la reprise économique“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur