Bourse : malgré la claque de Google, les technos résistent

Cloud

Portées par les rumeurs de fusion/acquisition et les bons résultats d’entreprises, les places boursières européennes se sont fortement redressées. Les valeurs technologiques du vieux continent ont profité de ce retournement à l’inverse de leurs homologues américaines, affectées par le résultat jugé décevant de Google

Google doit encaisser une véritable claque boursière, avec un recul du titre de près de -10 % en cours de séance à la suite de la publication de ses résultats trimestriels inférieurs aux attentes du marché. D’aucuns se contenteraient de la hausse du chiffre d’affaires de 86 % et du bénéfice quasiment doublé, mais pas les investisseurs qui demandent toujours plus. La déception est à la mesure des ambitions des investisseurs sur le titre. Bureaux d’études et banques d’affaires en ont profité pour abaisser leur recommandation. À la fin d’une séance éprouvante, le titre du géant de la recherche en ligne a encaissé une chute de -7,14 %. Pour la première fois depuis août 2001, l’indice vedette de la Bourse de Paris est venu frôler la barre des 5000 points. Le CAC40 a progressé de 1,04 % à 4.999,39 points. La Bourse de New York continue de profiter des bons résultats d’entreprises, mais les valeurs technologiques n’ont pas pu en profiter totalement à la suite de la déception de Google. Le Dow Jones a terminé sur une hausse de 0,82 % à 10.953,95 points, mais le Nasdaq n’a progressé que de 0,21 % à 2.310,56 points. L’indice américain ISM (Institute for Supply Management) de l’activité manufacturière a affiché une pause pour le mois de janvier, à 54,8 contre un consensus des économistes à 55,4. La perspective d’une nouvelle hausse des taux de la Réserve fédérale américaine a permis au dollar de se redresser, à 1,2060 dollar pour 1 euro. L’annonce d’une hausse plus forte qu’attendue des stocks d’essence aux États-Unis a permis à retourner la tendance sur le cours du baril de pétrole brut léger, qui est repassé sous la barre des 67 dollars, à 66,56 dollars. À la veille de la publication de ses résultats trimestriels, Alcatel a profité de la confiance des investisseurs pour enregistrer une progression de 3,32 % sur son titre. Les technos françaises se sont mieux comportées que leurs homologues américaines. Altran a gagné 4,57 %, Vivendi Universal 2,52 %, Ubi Soft 2,49 %, Business Objects 2,42 %, Atos Origin de, 30 %, Alten 1,94 %, Sopra Goup 1,54 %, Capgemini 0,80 %, GFI Informatique 0,45 %, Dassault Systèmes 0,41 %, Oberthur CS 0,41 %, STMicroelectronics 0,39 %. Iliad a perdu -2,09 %, Gemplus -0,97 %, Steria -0,68 %, France Télécom -0,43 %, Unilog -0,07 %. À Wall Street, Symantec a déçu les investisseurs en publiant des prévisions pour le trimestre en cours qui sont inférieures au consensus du marché. Les chiffres publiés viennent confirmer que la digestion de Veritas n’est pas des plus facile ! Le titre a plongé de -6,80 %. Les bons résultats de Time Warner ont profité au titre, qui a progressé de 3,94 %. Adobe a gagné 1,96 %, Yahoo 1,82 %, Dell 1,54 %, Applied Materials 1,47 %, Intel 1,39 %, IBM 0,79 %, Sun 0,40 %, Electronic Arts 0,33 %, Hewlett-Packard 0,16 %, Cisco 0,05 %. Amazon.com a perdu -1,87 %, IBM -0,56 %, Microsoft -0,39 %, Apple -0,12 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur