Bourse : New York se reprend, mais l'Europe rechute

Régulations

Atmosphère toujours tendue sur les places boursières. Wall Street se surprend elle-même avec les bons chiffres de l’automobile. Mais en Europe, le doute s’installe

A New York, contre toute attente, le Dow Jones a terminé en hausse de 0,28%, soit un gain de 32,25 points à 11.382,26 points.

Le Nasdaq a, lui aussi, progressé de 11,99 points, soit +0,52%, à 2.304,97 points.

Le géant de l’automobile General Motors a surpris favorablement les marchés en annonçant des ventes moins dégradées qu’attendu. Donc, la hausse du pétrole n’aurait pas un impact si radical sur la rentabilité des constructeurs automobiles.

L’action GM, qui avait touché lundi un plus bas de 54 ans (!), a terminé sur un gain de +2,17% à 11,75 dollars après avoir brièvement fait un bond de plus de 5%.

Les valeurs financières, qui avaient lourdement pesé sur le marché dans la journée, ont aussi effacé leurs pertes en fin de séance à la faveur d’achats à bon compte.

Les pressions inflationnistes sont ressorties au plus haut depuis 1979, ce qui a nourri les craintes entourant le renchérissement de l’énergie, des matières premières et des denrées alimentaires.

Dans les valeurs technologiques, à noter qu’Apple a tiré le Nasdaq suite à une notation favorable. Résultat : un bond de 4,32% à 174,68 dollars.

En Europe, la quasi totalité des places boursières ont dévissé. L’E-Stoxx50 a cédé -1,8%, Amsterdam a plongé de -2,85% et même Londres a cédé -2,6% dans le sillage des valeurs financières (comme partout ailleurs sur la planète).

Cette ambiance morose s’explique notamment par l’attente, ce jeudi 3 juillet, d’une hausse des taux de la BCE, qui veut ainsi juguler l’inflation, au risque de casser un peu plus tout espoir de reprise sur le 3è trimestre…

Il est vrai que le prix du pétrole brut a encore franchi un nouveau record à presque 144 dollars !

A Paris, l’indice CAC 40 a encore chuté : -2,11% à 4.341,21 points dans un contexte d’aggravation de la crise immobilière et de rumeurs de nouvelles dépréciations d’actifs dans la finance.

Depuis le début de l’année, la perte cumulée du CAC 40 s’élève à -23%.

France Télécom (+2,3%) a pris la tête du DJ Eurostoxx50, les analystes continuant de saluer la décision du groupe de renoncer à son projet de rapprochement avec l’opérateur nordique TeliaSonera. Selon plusieurs sources de marché, SG et Merrill Lynch auraient relevé leur recommandation sur l’opérateur.

Alcatel-Lucent, avec Oberthur, fait la lanterne rouge : l’équipementier des télécoms affiche l’une des plus lourdes baisses du CAC 40, alors qu’il avait gagné +2,25% la veille.

_ _ _

A Paris, évolution des cours, ce 1er juillet 2008, en valeur, et évolution par rapport à la veille (en pourcentage) . en hausseGemalto: 23,92 +3,46%

France Télécom: 19,16 +2,41%

Atos Origin: 35,60 +1,22%

GFI: 4,00 +0,50%

. en baisse

Alten: 23,13 -0,30%

Sopra: 49n49 -1,04%

Dassault Systèmes: 38,25 -1,21%

Capgemini: 36,96 -1,28%

Iliad (Free): 60,85 -1,44%

STMicroelectronics: 6,48 -1,89%

Steria: 17,18 -2,11%

Ingenico: 21,69 -2,52%

Altran: 5,25 -2,78%

Soitec Silicon: 3,76 -3,59%

Alcatel-Lucent: 3,69 -4,27%

Oberthur Card Systems: 4,20 -4,33%

= = =


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur