Bourse : nouveau plongeon dû à la situation de l’emploi aux USA

Cloud

Pour la première fois en 4 ans, le marché de l’emploi américain s’est
contracté, alimentant la crise. Jusqu’à faire lourdement plonger les places
boursières comme les technos

Le choc, aux Etats-Unis? Pour la première fois depuis août 2003 l’économie américaine n’a pas créé d’emploi, le marché du travail a même enregistré une contraction, certes minime avec la suppression de 4.000 emplois, mais symbolique en cette période de crise.

Les marchés disposent désormais d’un indice qui leur manquait sur l’impact réel de la crise du crédit immobilier à risque, le ‘subprime‘, sur l’économie américains. Une vision alimentée par Alan Greenspan, l’ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed), critique sur l’attitude des banques et des marchés financiers… Surprenant de la part de celui qui a favoriser la multiplication du ‘subprime’ !

Après le rendez-vous raté de la Banque centrale européenne (BCE), qui a préféré jouer le statu quo et continue de maintenir sa politique de hausse de ses taux alors que désormais de plus en plus d’économistes évoquent le risque d’une récession, tous les regards se tournent désormais vers la Fed, dans l’attente d’une baisse de son taux principal ‘fed funds‘ d’un demi-point lors de sa prochaine réunion monétaire, le 18 septembre.

Alors que Rodrigo Rato, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), a confirmé la forte probabilité d’une révision des projections de croissance mondiale pour 2007 et 2008, la BCE, par la voix de son vice-président Lucas Papademos, continue d’affirmer que la crise des marchés financiers n’a pas eu d’impact sur l’économie de la zone euro et maintient sa prévision de croissance !

Affectée par l’emploi américain, la Bourse de Paris a de nouveau lourdement chuté, avec le CAC40 qui a plongé de -2,63 % à 5.430,10 points. Le repli de cette dernière séance porte celui de la semaine à -4,1 %.

La rechute également à la Bourse de New York, où la contraction du marché du travail a fait fortement chuter les indices. Le Dow Jones a perdu -1,87 % à 13.113,38 points et le Nasdaq -1,86 % à 2.565,70 po i nts.

L’euro est soudainement venu frôler les 1,38 dollar après la publication des chiffres de l’emploi américain, pour terminer à 1,3796 dollar pour 1 euro. Le cours du pétrole est demeuré stable à 76,71 dollars le baril de brut léger au Nymex

L’évolution des valeurs technologiques à Paris, en valeur (?) et pourcentage (%) :

GFI INFORMATIQUE 7,41 +0,14%
INGENICO 18,70 -0,27%
FRANCE TELECOM 21,96 -0,45%
GEMALTO 18,28 -0,49%
SOPRA GROUP 64,30 -1,09%
NEUF CEGETEL 28,76 -1,10%
VIVENDI 29,08 -1,12%
DASSAULT SYSTEMES 43,38 -1,50%
OBERTHUR CARD SYS. 5,94 -1,66%
ATOS ORIGIN 40,26 -2,00%
STMICROELECTRONICS 12,59 -2,85%
ILIAD 65,95 -3,00%
UBISOFT 44,34 -3,08%
THOMSON 11,39 -3,15%
BUSINESS OBJECTS 31,82 -3,52%
ALTRAN TECHN. 5,56 -3,97%
SOITEC 13,16 -4,15%
CAP GEMINI 44,31 -4,24%
EADS 20,23 -4,49%
ALCATEL-LUCENT 7,43 -4,99%
GROUPE STERIA 37,45 -5,07%

L’évolution des valeurs technologiques à Wall Street, en valeur ($) et pourcentage (%) :

SUN MICROSYSTEMS 5,01 +0,00%
SYMANTE 18,80 -0,58%
GOOGLE 519,35 -0,80%
CISCO SYSTEMS 31,52 -1,01%
EBAY 35,25 -1,37%
YAHOO! 23,76 -1,61%
MICROSOFT 28,44 -1,63%
ADOBE 42,96 -1,74%
IBM 115,55 -1,76%
AMAZON.COM 84,52 -1,96%
ORACLE 20,16 -1,85%
APPLE 131,77 -2,40%
APPLIED MATERIALS 20,79 -2,53%
AT&T 38,73 -2,54%
INTEL 25,47 -2,60%
HEWLETT-PACKARD 48,85 -2,67%
ELECTRONIC ARTS 51,36 -3,62%
NVIDIA 50,65 -3,65%
DELL 27,16 -4,57%

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur