Bourse : où est passée la reprise ?

Cloud

Séance de ce vendredi 8 août: Paris et New York ont remonté, mais les tensions demeurent sur les valeurs technologiques

Où est donc la reprise annoncée ? Les investisseurs attendent des signes. Les résultats trimestriels des entreprises, bons dans leur majorité, ne suffisent-ils pas? Qu’attendent-ils donc? Que la consommation des ménages reprenne? Mais les ménages attendent un signe des entreprises. Ils attendent le retour des investisseurs!

A force de se mordre la queue, de s’observer, d’ériger la prudence en règle ultime, la reprise annoncée se rapproche du pétard mouillé. Pour satisfaire leurs investisseurs, les entreprises font du résultat, mais doivent aussi promettre la lune ! Et si le résultat tarde à venir, on coupe dans les dépenses, on licencie, on satisfait son actionnariat.

Paradoxe ! Car en créant du chômage, on entame le moral des ménages, d’où un frein à la consommation, et voilà les perspectives de reprise compromises. Les résultats des entreprises sont positifs, mais la reprise ne suit pas !

La Bourse? calme et incertaine

La Bourse de Paris a terminé la semaine en hausse de 1,12% à 3.165,49 points, ce qui aura permis de limiter le recul hebdomadaire à 0,13%. Cette semaine du 15 août risque d’être plus mouvementée, avec le démarrage de la publication des résultats des SSII.

A Wall Street, la séance a été peu soutenue. Le Dow Jones, qui progresse de 0,71% à 9.191,09 points, ne doit qu’aux résultats record de Mac Donald’s de s’être redressé, tandis que le Nasdaq prolonge son repli et cède 0,49% à 1.644,03 points. Après un premier semestre à la hausse, les valeurs technologiques tardent à retrouver leur deuxième souffle.

Sur la semaine, Alstom a fait l’actualité à la Bourse de Paris. Le plan de refinancement destiné à éviter la faillite du groupe, avec l’Etat en actionnaire principal, a entraîné d’importants mouvements en volumes sur le titre. Tout d’abord suspendu, le titre a perdu 6,77% mercredi, puis 20,07% jeudi, avant de se reprendre vendredi et de terminer en hausse de 3,90% à 2,40 euros.

A New York, les valeurs technologiques amplifient leur mouvement descendant. A l’exemple de Cisco, pour lequel les investisseurs n’ont retenu que le flou des perspectives, alors que les résultats trimestriels du groupe sont positifs.

Oracle prolonge son OPA sur PeopleSoft, qui devait se terminer au 15 août, jusqu’au 19 septembre. En cas d’acquisition de la société, Oracle passerait devant SAP et prendrait la première place mondiale des éditeurs de logiciels d’entreprise. Mais à condition que l’enquête des autorités antitrust américaines ne s’y oppose pas.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur