Bourse : Paris s'enfonce, New York sauve les meubles

Cloud

Bonnes nouvelles du côté de l’inflation US et du pétrole

Wall Street a terminé la semaine comme elle l’avait commencé : dans le vert. L’indice Dow Jones a progressé ce vendredi de 1,37% à 12.307,35 points et l’indice Standard & Poor’s 500 a pris 1,50% pour terminer à 1.360,03 points. Quant au Nasdaq, il affiche un gain de 2,09% à 2.454,50 points. Sur la semaine, le Dow prend 0,80%, tandis que l’indice technologique se replie de 0,81%.

Les indices américains ont été soutenus par des signaux positifs. L’inflation semble contenue : l’indice des prix à la consommation global (CPI) a certes augmenté plus que prévu, de 0,6%, le mois dernier mais l’indice hors alimentation et énergie est ressorti en hausse de seulement 0,2%, conforme au consensus.

Dans le même temps, la fièvre du pétrole est un peu retombée suite à la possibilité de voir l’Arabie saoudite accroître sa production. Le baril de WTI a cédé 1,37% à 134,86 dollars et le Brent a reculé de 1,35% à 134,25 dollars.

Enfin, le dollar a gagné du terrain face à l’euro (1,5388), et affiché contre un panier de devises sa meilleure performance depuis 2005.

Londres a avancé de 1,17%, Francfort de 0,76% et l’Eurostoxx 50 de 0,59%.

Côté valeurs, la banque d’affaires Lehman Brothers a rebondi de 13,7% à 25,81 dollars, après cinq jours de baisse d’affilée de l’action. Microsoft s’est adjugé 2,94% à 29,07 dollars, les investisseurs se félicitant de l’abandon apparemment définitif du projet de rachat de Yahoo , jugé risqué pour le géant du logiciel.

A Paris, le CAC40 boucle une deuxième semaine consécutive en fort repli. Vendredi, l’indice phare s’est apprécié de 0,21% à 4.682,30 points mais sur la semaine, le repli est supérieur à 2,3%. Depuis le début de l’année, le CAC décroche de 16,6% et de 6,62 % depuis le début du mois. Il a retrouvé son niveau de fin mars, effaçant entièrement son rebond printanier.

EDF, -5,23% à 61,60 euros a accusé la plus forte baisse du CAC. CA Cheuvreux a abaissé sa recommandation sur le titre, de « surperformance » à « sous-performance », et son objectif de cours de 81 à 66 euros du fait de la prolongation jusqu’en 2010 des tarifs régulés en France en faveur des professionnels.

Iliad a baissé de 2,05%. Goldman a abaissé son objectif de cours sur le titre de la maison mère de Free.

EADS (+3,74% à 14,16 euros) a été tiré par le raffermissement du dollar, malgré la révélation par son partenaire américain Northrop Grumman d’erreurs « mineures » d’appréciation par le Pentagone dans l’évaluation des propositions pour le renouvellement de sa flotte d’avions ravitailleurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur