Bourse : un 14 juillet dans le rouge

Cloud

L’escalade de la violence au Proche Orient a propulsé le cours du pétrole vers de nouveaux records. Les tensions géopolitiques auront décidément pourri toute la semaine boursière. Si les technos US s’en sont mieux tirées, en Europe, elles ont presque toutes plongé

La déception sur les prévisions de

General Electric à Wall Street, où le titre du conglomérat industriel fait figure d’indicateur de tendance pour la saison des résultats, cojnfirmant le comportement des marchés, qui ont terminé la semaine dans le rouge des deux côtés de l’Atlantique.

La Bourse de Paris a, à l’image de ses homologues européennes, aggravé sa pertes en fin de séance, après l’ouverture de Wall Street en net repli. Le CAC 40 a reculé de -1,48 % à 4.780,79 points, terminant sous la barre des 4800 points, après s’être repliée sous les 4900 la veille seulement !

La Bourse de New York a terminé la semaine sur un net recul. Le Dow Jones a perdu -0,99 % à 10.739,35 points et le Nasdaq -0,82 % à 2.037,35 points.

Sur la semaine, marquée par la reprise du conflit au Proche Orient, les places boursières n’ont pas cessé d’affirmer leur repli, le CAC 40 -3,5 %, le Dow Jones -3,2 % et le Nasdaq ? 4,4 %.

Dans un contexte aussi marqué par l’actualité géopolitique, le chiffre des ventes de détails aux Etats-Unis, qui a reculé de -0,1 % en juin alors que le consensus des économistes était sur une progression de 0,4 %, est passé totalement inaperçu. Hors automobile, les ventes ont cependant progressé de 0,3 %.

Le dollar pourrait retrouver son statut de valeur refuge. Sur la semaine, le billet vert a repris l’avantage avec un gain de 1,3 %. Il termine d’ailleurs la semaine à 1,2650 dollar pour 1 euro.

Après avoir atteint un nouveau record à 78,40 dollars au Nymex, le cours du pétrole

a terminé sur un nouveau record de séance à 77,03 dollars le baril de brut léger.

Iliad (Free) doit aussi apprendre à composer avec les bureaux d’étude. Credit Suisse a abaissé sa recommandation, déclarant que la pression du marché est sur le déploiement de la fibre optique va nécessiter des investissements plus importants. L’analyste semble ignorer le rôle que pourrait jouer la technologie WiMax, dont Iliad est le seul opérateur à posséder une licence globale ! Le titre Iliad a plongé de -5,61 %.

L’acquisition par Ubi Soft de la franchise mondialement célèbre du jeu ‘Driver‘ – jusqu’ici détenue par Atari, filiale américaine d’Infogrames, et Reflection Interactive – pour 19 millions d’euros, a donné au titre l’impulsion nécessaire pour terminer la semaine sur une hausse de 0,98 %.

Hormis quelques rares valeurs, Ubi Soft, Business Objects 0,97 %, Dassault Systèmes 0,27 % et Atos Origin 0,04 %, les valeurs technologiques se sont maintenues dans le rouge. Alten -3,04 %, Safran -2,086 %, Sopra Group -2,57 %, Alcatel -2,53 %, Altran -2,36 %, Soitec -2,23 %, Steria -2,19 %, EADS -2,04 %, Capgemini -1,94 %, GFI Informatique -1,73 %, France Telecom -1,70 %, Gemalto -1,09 %, STMicroelectronics -0,94 %, Oberthur CS -0,77 %, Thomson -0,57 %.

A Wall Street, le géant mondial du stockage EMC a publié un bénéfice en en baisse et a perdu -4,31 %. Apple a cédé -3,02 % après l’abaissement des objectifs de UBS.

La séance a été plus contrastée pour les technos américaines : à la hausse, Electronic Arts 4,09 %, Oracle 1,35 %, Dell 0,92 %, Intel 0,90 %, Sun 0,26 %, Microsoft 0,13 %. A la baisse, en particulier les valeurs Internet : eBay -3,76 %, Amazon.com -2,40 %, Google -1,30 %, Yahoo -0,47 %, Cisco -0,39 %, Adobe -0,32 %, Applied Materials -0,26 %, Symantec -0,20 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur