Box accélère sur la sécurité

CloudSécuritéStockage

Avec la volonté de protéger le cycle de vie de la donnée qui lui est confiée, Box a mis à jour sa sécurité à destination des entreprises.

La sécurité est un domaine sensible chez tous les opérateurs de services en ligne, qu’il s’agisse de cloud, de réseaux sociaux, ou encore de stockage et de partage de fichiers. La sécurité est même encore plus sensible lorsqu’il s’agit de services qualifiés de professionnels, destinés aux entreprises.

Volontairement positionné en marge de DropBox, la référence du stockage et du partage de fichiers dans le cloud, avec pour cible prioritaire l’entreprise là où son concurrent s’est d’abord positionné sur le grand public, Box vient d’annoncer le renforcement de la sécurité de son service.

Contenu, utilisateur, device, intelligence

Et l’approche du challenger se veut originale, se concentrant certes sur ses applications qui gèrent en interne le partage de fichiers, mais également sur une approche périphérique qui vise le contenu, l’utilisateur, le device, et une « critical business intelligence ».

Box a commencé par revoir sa stratégie sur l’usage des ‘login’, afin de s’assurer que c’est la bonne personne qui accède au service. Concernant l’utilisateur, la granularité du contrôle a été affinée, afin de permettre à l’administrateur de traiter jusqu’à l’utilisateur, ainsi qu’individuellement les personnes qui peuvent de l’extérieur accéder à un contenu. Un type de fichier, par exemple, associé à un service de l’entreprise, pourra bénéficier d’une qualification qui ne le rendra pas accessible aux autres services.

Sur le contenu, Box a annoncé que son API sera intégrée par deux nouveaux partenaires, Code Green Networks et CipherCloud, pour scanner et tracer les fichiers, de leur saisie dans le service à leurs usage, consultation ou téléchargement.

Sécuriser l’accès à partir d’un device

Le device a fait l’objet d’une attention soutenue par Box. L’accès aux données par un employé de l’entreprise peut être limité à certains terminaux, c’est le Device Pinning. Dans une stratégie de BYOD, l’entreprise peut ainsi définir quels sont les appareils à partir desquels un employé sera autorisé à accéder à certaines données stockées sur Box. Le device entre également dans la stratégie d’usage du login évoquée ci-dessus.

Box a aussi annoncé un partenariat avec Samsung, le premier du genre, sur l’usage de la technologie Knox du coréen. Il s’agit d’une technologie de gestion du device pour les entreprises qui souhaitent déployer une stratégie de gestion du BYOD (Bring Your Own Device). Samsung va l’intégrer dès le second trimestre de cette année dans ses smartphones et tablettes, ce qui pour ces appareils simplifiera leur repérage par l’administrateur sous Box.

Critical business intelligence

Par intelligence, Box fait référence aux tableaux de bord de GoodData, un module partenaire de business intelligence intégré à ses services qui permet à l’utilisateur ou à l’administrateur de disposer d’un outil de monitoring et de reporting de la donnée, de statistiques et de références aux bonnes pratiques qualifiées par les gestionnaires de Box.

Annoncé fin 2012, ce service analytique est désormais disponible pour tous les utilisateurs professionnels de Box.

Une annonce critique

L’annonce de Box intervient quelques jours seulement après celle de la préparation de l’IPO de DropBox. Comme nous l’avons évoqué ici (lire « Dropbox prépare son introduction en Bourse »), celle-ci a soulevé de nombreuses interrogations, en particulier sur l’intérêt que pourraient porter les investisseurs sur un service qui principalement s’adresse aux particuliers.

Box, qui envisage son IPO pour 2014, a certainement pris la mesure de la menace qui pourrait également peser sur lui, et souhaite appuyer fortement sur son positionnement ‘entreprise’ qu’il cherche à relever pour se différencier encore plus.

C’est oublier que ces mêmes investisseurs se posent une autre question concernant Box : quelle est la pertinence de son modèle économique ? Car si Box annonce fièrement 15 millions d’utilisateurs, ils ont tous démarré par la version freemium, donc gratuite, mais l’éditeur ne dit rien quant au taux de transformation ! Selon Forbes, il serait de 3% seulement…


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur