Boycott des SMS: 25% de participation selon l’UFC

Régulations

L’association a fait réaliser une étude qui contredit les annonces des opérateurs

L’appel à une journée sans SMS lancé par l’association UFC Que Choisir? dimanche 9 mai afin de protester contre les prix des SMS a-t-il été un bide ou pas?

Nous l’évoquions ici, les opérateurs ont indiqué avec force n’avoir subi aucun impact sur le trafic de leurs messages courts pendant cette journée de boycott. Un commentaire invérifiable puisque les chiffres sont entre leurs mains. Mais l’UFC soulignait déjà que de “sources bien informées”, le trafic avait bel et bien baissé (cf. nos articles). Aujourd’hui, l’UFC persiste et signe en rendant publique une étude menée après l’opération par l’Institut CSA. Car cette étude montre que 24% des personnes interrogées ont suivi le boycott du 9 mai 2004 et parmi elles 44% des 18-24 ans qui envoient près de 46% des SMS en France. D’ailleurs, toujours selon la même étude, 81% des Français trouvent que le prix du SMS est excessif. Selon l’UFC, “Ces résultats consolident l’information de source informelle, parvenue à l’association dès le lundi 10 mai, qui faisait état d’une baisse d’au moins 25% du trafic SMS le dimanche 9 mai 2004”. Comment alors expliquer cet écart? L’association pense avoir trouvé le “truc” utilisé par les opérateurs… “L’UFC-Que Choisir accuse donc les opérateurs soit de ne pas livrer les données réelles du trafic, soit d’avoir pris en compte le nombre très important de SMS -commerciaux- qu’ils ont volontairement envoyés eux-mêmes à leurs clients, ce jour-là”, peut-on lire dans le communiqué. On attend avec impatience la réaction des opérateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur