BPCE propose de payer avec un tweet

Régulations

BPCE a dévoilé hier un service lié à son porte-monnaie électronique pour smartphones permettant de payer avec un tweet. Une première selon la banque.

Une première mondiale, si on en croit la BPCE (union des réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne). Hier, la banque officialisait le lancement de son service de paiement via Twitter associé à S-Money, service dont le lancement était annoncé depuis un mois. Le porte-monnaie électronique pour smartphones S-Money, lancé en juillet 2012, compte quelque 100 000 utilisateurs.

Une initiative qui a vocation à être « simple, instantanée et sécurisée », selon Jean-Yves Forel, directeur général du groupe BPCE (union des réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne), cité par nos confrères de ITespresso.

L’angle retenu est le suivant pour la démo : comment un utilisateur Twitter et détenteur d’un compte S-Money peut-il envoyer de l’argent à partir d’un tweet ? A minima, il faut être titulaire d’une carte bancaire (quelle que soit la banque) et disposer d’un compte Twitter. L’envoi d’argent passe par l’écriture d’un tweet à la nomenclature particulière (voir capture ci-dessous)

BPCE tweet

Il est possible de réaliser des transferts d’un smartphone Android vers un iPhone et vice-versa. Une notification de confirmation du transfert S-Money apparaît avant envoi et le code secret S-Money est demandé à ce stade. Du côté du destinataire, une notification apparaît sur le smartphone et il est possible de consulter l’historique des paiements effectués pour vérifier que le transfert a été bien été réalisé.

Olivier Gonzalez, directeur général de Twitter France, se montre ravi de cette innovation fondée sur l’API publique de Twitter (Twitter Connect).  « Une très belle illustration pour montrer comment s’échanger de l’argent rapidement et efficacement. »

Ouverture vers les associations et start-up

Au-delà du transfert de particulier à particulier, Groupe BPCE a mis dans la boucle des associations et des start-up qui vont s’appuyer sur cette combinaison Twitter + S-Money.

L’organisation caritative Action contre la Faim mais aussi la start-up LePotCommun.fr (cagnotte commune en ligne) et Fundovino (financement participatif dans le monde viticole) ont apporté leurs témoignages sur la manière dont ils comptent exploiter ce nouveau canal de collecte de dons ou de fonds.

Le modèle économique – c’est à dire le niveau de commissionnement sur les transactions par ce canal « social commerce » – reste à affiner, précise l’établissement bancaire.

Principal point d’achoppement : la relative confidentialité dans le transfert d’argent. En passant par Twitter,  le tweet de l’opération, accessible via le hastag #envoyer, est public.

Pierre-Philippe Cormeraie, directeur de l’innovation chez Groupe BPCE, reconnaît la limite tout en valorisant l’effet viral: « C’est une nouvelle façon de communiquer. Nous pensons que le fait de tweeter ajoute une valeur par rapport à sa communauté. Le service est tout neuf. On attend les feedbacks des utilisateurs. »

Jean-Yves Forel prend le relais : « On sait faire le transfert en DM [message privé sur Twitter, ndlr]. Mais on a voulu démarrer comme cela. La viralité, on pense que c’est important. » Mais il est fort probable que le transfert d’argent via Twitter bascule rapidement en mode privé pour affiner l’approche.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur