Quel bouclier face aux cyberattaques par email ?

Qu'est-ce que Brand Voice ?
MobilitéSécurité

En tête des risques qui affectent les entreprises de toutes tailles, le phishing ne faiblit pas. Chaque jour, ce phénomène est synonyme de préjudices en masse. En quoi consiste-t-il vraiment et comment éradiquer efficacement ce type de problème ?

34 % des incidents de cybersécurité en entreprise sont initiés par des emails de phishing ou des pièces jointes malveillantes. On dénombre quotidiennement environ 70 adresses web impliquées dans des tentatives de phishing. Avec 3 000 attaques par jour, la France représente même le deuxième pays le plus visé au monde dans ce domaine. Cette menace réelle, d’autant plus forte qu’elle s’avère particulièrement sournoise, constitue une porte d’entrée pour de nombreux virus ou malwares.

Le phishing, ou hameçonnage est une technique visant à dérober des informations bancaires ou personnelles par le biais d’emails ou de sites Internet ressemblant à s’y méprendre à des sites sécurisés connus. Il peut s’agir d’un message laissant croire qu’il provient d’une banque, d’un fournisseur d’accès, ou encore d’un organisme public comme la Caisse d’Allocations Familiales, l’Assurance Maladie, ou encore l’administration fiscale. L’email contient généralement une demande de mise à jour d’informations personnelles ou des identifiants de connexion. Les données confidentielles ainsi récupérées peuvent alors être utilisées à mauvais escient par les auteurs de malveillance ou revendues à un tiers.

Un rempart efficace

Face à cet écueil, certaines solutions de protection de messagerie existent, à l’image de l’offre d’Altospam, spécialiste du domaine. Sa vocation est de jouer le rôle de filtre pertinent grâce à plusieurs technologies qui oeuvrent de façon conjointe pour ne laisser entrer que les messages légitimes. Il s’agit d’une solution logicielle disponible en mode SaaS qui ciblent les spams, les virus, les ransomwares, les scams, et bien sûr le phishing. Elle se caractérise par un déploiement très simple et garantit une sécurisation rapide du serveur de messagerie, dès lors que l’organisation cliente possède un nom de domaine.

Concrètement, les messages indésirables sont interceptés et éliminer avant leur arrivée sur le serveur de messagerie après avoir procéder à différentes vérifications (antivirus, double extensions, vérification des pièces jointes…). Les emails entrants se voient attribués une note grâce à une combinaison de technologies anti-spams. En fonction de celle-ci le service antispam antivirus Altospam décide de l’action la plus appropriée. A noter que la solution est bâtie sur une architecture redondée qui la distingue par une très haute disponibilité assurant une accessibilité permanente à la messagerie. En cas de coupure du serveur de messagerie pendant un laps de temps, les courriers électroniques sont temporairement stockés sur les serveurs d’Altospam, afin de ne pas échapper aux analyses lors de la reprise du service.

Une réponse aux risques extérieurs

Une telle offre permet de supprimer les pertes de temps et dépenses engendrées par les emails indésirables. Il convient de rappeler que ces derniers représentent un coût annuel de 2,5 jours homme par employé et par an. 6 000 organisations ont d’ores et déjà fait confiance à Altospam parmi lesquelles de nombreuses entreprises, des associations, ainsi que des collectivités.