Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

Un brevet au nom d’une IA : c’est toujours non aux États-Unis

DABUS inventeur ? Ce n’est pas pour tout de suite. En tout cas aux États-Unis. Sur place, un jugement de première instance est tombé la semaine passée. Il donne raison au Bureau américain des brevets (USPTO) face à une équipe de chercheurs britanniques.

Ces derniers sont à l’origine dudit DABUS. Il s’agit d’un système informatique reposant sur l’interconnexion de multiples réseaux neuronaux. Ils mettent des idées en commun et en évaluent les conséquences, sur le modèle du courant de conscience.

Les chercheurs prétendent que DABUS a inventé un contenant alimentaire et un dispositif d’alerte – illustrés ci-dessous – qui mettent en œuvre des principes de géométrie fractale. Aussi avaient-ils effectué, en juillet 2019, une demande de brevet en son nom. L’un d’entre eux (le dénommé Stephen L. Thaler) étant identifié comme dépositaire, cessionnaire et représentant légal.

DABUS pas mieux loti en Europe

Malgré plusieurs sollicitations, l’USPTO n’a pas accédé à la demande. Sa position : la loi doit être interprétée de sorte que seule une personne physique peut être considérée comme inventeur. Son raisonnement se fonde à la fois sur la jurisprudence et sur des arguments linguistiques.

La jurisprudence en question comprend des affaires dans laquelle on a refusé l’étiquette d’inventeur à des États comme à des sociétés. Sur le volet « linguistique », l’USPTO se réfère notamment – dictionnaires à l’appui – sur le Code des États-Unis. En particulier :

  • L’alinéa 101 et son « quiconque » (whoever) suggérant une personne physique
  • L’alinéa 115, où figure le terme « individus » avec, de surcroît, des pronoms spécifiques aux personnes physiques

Tous ces éléments ont fait mouche auprès du tribunal que les chercheurs avaient saisi en 2020. Le jugement comprend aussi une référence à l’America Invents Act. Ce texte de 2011 a modifié le Patent Act pour clarifier la notion d’inventeur.
Le tribunal évoque aussi la Cour suprême, qui a tranché sur l’usage du mot « individu » par le Congrès dans le cadre de la loi de protection des victimes de la torture. Elle a réaffirmé que le terme impliquait l’attribut « personne physique ».

En Europe, l’homologue de l’USPTO est sur la même ligne. Il s’appuie, en particulier, sur la définition inscrite à l’article 81 de la Convention sur le brevet européen.

Illustration principale © prasit2512 – Adobe Stock

Recent Posts

Ransomwares : que paient les PME en France ?

6 PME françaises sur 10 victimes d'une attaque de ransomware disent avoir payé jusqu'à 40…

21 heures ago

5G : le Canada rejette Huawei

Le gouvernement de Justine Trudeau a décidé, comme son voisin américain, de bannir le géant…

22 heures ago

Dell Technologies : les 5 dirigeants les mieux rémunérés

Les cinq principaux dirigeants de Dell Technologies ont obtenu une rémunération totale combinée de 93…

23 heures ago

WhatsApp s’ouvre aux entreprises, avec une API basée sur le cloud

Mark Zuckerberg et le groupe Meta ont trouvé un moyen de générer des revenus B2B…

24 heures ago

Windows 11 : le portail de téléchargement usurpé par des hackers

Des pirates ont détourné le portail officiel de téléchargement du système d’exploitation Windows 11 pour…

1 jour ago

Sauvegarde et restauration : Veeam dévoile la v12

Veeam dévoile la mise à niveau de son offre Backup & Replication (v12) et dévoile…

2 jours ago