Brevets US : Acacia en veut toujours plus

Régulations

Après le Web, le satellite et le câble, Acacia met le turbo et s’attaque aux télécoms et au ‘sans fil’

Mais où vont-ils donc s’arrêter ? Fort de ses brevets sur la transmission de médias numériques (DTM ou

digital media transmission), Acacia Technologies s’attaque à tout ce qui peut relever de ce domaine afin d’en tirer profit (lire nos articles). Ses procédures devant les tribunaux américains se sont jusqu’à présent concentrées sur le streaming média. Audio et vidéo à la demande, pay-per-view, streaming audio et vidéo, insertion de publicité numérique. Après les acteurs d’Internet, la firme a franchi un second pas en se lançant dans de nouvelles poursuites afin de faire valoir ses droits sur la diffusion de vidéo via le câble et le satellite. Mais, comme si cela ne suffisait pas, elle s’attaque maintenant au ‘wireless. Et c’est Verizon qui s’y colle. L’opérateur télécoms lance en effet ses services de vidéo à la demande: il s’est engagé à diffuser des données en haut débit, voix et vidéo, dans 9 Etats américains avant la fin de l’année. La cible est trop belle, et Acacia va chercher à aligner Verizon Wireless sur son tableau de chasse. D’autant plus facilement semble-t-il que parmi les parents de Verizon figure Bell Atlantic, qui en 1994 avait pris une licence Acacia afin de tester la technologie. Si Verizon lâche, ce sont tous les acteurs des télécoms qui pourraient suivre ! Une perspective qui fait plus que sourire Paul Ryan, le patron d’Acacia: il conserverait quelques cartes supplémentaires dans sa poche, dont un brevet sur le concept de protection parentale à la télévision par blocage des programmes ? Au secours? Microsoft et RealNetworks ne seront pas poursuivis par Acacia

Nous nous interrogions récemment sur le devenir des négociations entre Acacia et Microsoft. Et bien il semblerait que l’éditeur de Windows MediaPlayer, ainsi que son concurrent RealPlayer de RealNetworks, ne subiront pas (dans l’immédiat ?) les Hydres des ambitions d’Acacia.

En effet, Paul Ryan a indiqué que “Les gens qui font réellement de l’argent sont les sociétés des médias. La prolifération des RealPlayer et Windows Player sont au contraire un avantage pour nos licenciés et nous même“. A traduire par : plus il y aura de lecteurs multimédia et plus ils permettront d’alimenter les caisses d’Acacia ! Sur un contrat de licence comme celui signé avec Disney, Acacia encaisse 1% ou 1 dollar par abonnement?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur