Bruxelles lance une nouvelle enquête contre Microsoft

Cloud

Une coalition d’industriels souhaite que l’Europe sanctionne la firme pour position dominante.

Les ennuis juridiques de Microsoft sont comme un feuilleton brésilien: ils sont sans fin. Après avoir réglé le “problème” avec les consommateurs et les Etats américains, grâce au paiement d’une indemnité d’un milliard de dollars, le groupe doit aujourd’hui se concentrer sur l’Europe.

On savait que le commissaire à la concurrence était sur le point de rendre ses conclusions sur l’enquête pour position dominante de Microsoft sur le marché des logiciels. Ce qui risque de faire mal à la firme… Mais ce n’est pas tout. Coalition avec AOL, Sun, Oracle? Une coalition d’industriels composée d’entreprises spécialisées dans les mobiles, les ordinateurs et l’électronique a déposé une plainte confidentielle (le 31 janvier) auprès de la Commission anti-trust de Bruxelles pour empêcher Microsoft d’étendre sa domination sur les marchés. Cette coalition est composée de grands noms du secteur: on y trouve Nokia, Kodak, Fujitsu, l’opérateur NTT et les plus grands concurrents de Microsoft: Sun, AOL et Oracle. La plainte de ces industriels porte principalement sur la dernière version de Windows XP. Les plaignants estiment que ce système d’exploitation constitue une menace de monopole, spécialement sur les marchés émergents que sont le mobile (XP permet la synchronisation PC/téléphone ou PDA), la distribution de musique et de vidéo en ligne (avec Windows Media Player 9.0) ou les services web. Ils dénoncent également l’intégration systématique des applications type Windows Media Player sans laisser de place à la concurrence. Par ailleurs, toujours selon les plaignants, la dernière version d’Office (la suite bureautique de Microsoft) serait conçue pour entraver la compatibilité avec les applications tournant sur des OS différents comme Linux. Du côté de Microsoft, on n’a pas voulu commenter cette nouvelle plainte. A Bruxelles, on se contente d’affirmer que cette affaire ne retardera pas les décisions concernant l’enquête en cours.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur