Bruxelles va étudier le rachat de DoubleClick

Régulations

La Commission va se pencher sur le rachat du spécialiste de la publicité par Google. Histoire de s’assurer que la concurrence ne court aucun danger

Le récent achat par Google de DoubleClick pour 3,1 milliards de dollars n’en fini plus de faire des vagues. Après le Sénat américain, c’est autour de la Commission européenne de se pencher sur les tenants et aboutissants de cette acquisition.

Selon Reuters, qui cite le communiqué, le rachat suscite des “inquiétudes sur la concurrence“. Et pour cause. Pour mémoire, DoubleClick avant son rachat par Google avait toute la confiance des éditeurs. Son analyse du trafic publicitaire n’avait jusqu’à présent, jamais été remise en cause. Du moins jusqu’ à son acquisition par Mountain View.

Aujourd’hui, Européens et Américains partagent les mêmes craintes. Avec ce rachat, Google endosse le rôle de juge et partie, et se trouve dans une situation de position dominante.

Pour Microsoft, la fusion permettrait en effet à Google de contrôler 80 % du marché de la publicité en ligne, couvrant à la fois les publicités textuelles et les bannières publicitaires, une position qui, selon Brad Smith, le directeur juridique de la firme, amènerait le moteur de recherche à dominer le marché.

Réponse de Google: DoubleClick n’est pas en concurrence avec Google puisqu’elle est spécialisée dans les bannières, secteur où Google est peu présent. La législation antimonopole n’est donc pas violée, estime le géant du Web.

Face à l’enquête de la Commission, Eric Schmidt, p-dg de Google s’est dit “déçu“.

Mais une question demeure. Quelle sanction pourrait être adoptée à l’encontre du géant américain ? Pour mémoire, l’exécutif européen n’avait pas hésité à condamner Microsoft à verser 497 millions d’euros pour abus de positions dominante, au prix toutefois, d’une bataille de longue haleine.

Le moteur de recherche, malgré son succès, et son appétit sans bornes pour la publicité en ligne, est bel et bien dans la ligne de mire de Bruxelles. Mais la Commission pourrait tout aussi bien étudier d’autres rachats du même type (aQuantive et Screentonic par Microsoft et RightMedia par Yahoo).

Les commissaires présenteront leurs conclusions le 2 avril 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur