La BSA fait de la « tsarine du copyright » sa présidente

Régulations

Porte-parole d’éditeurs de logiciels, BSA | The Software Alliance nomme à sa tête Victoria Espinel, ex-coordinatrice en charge de la propriété intellectuelle à la Maison-Blanche.

Groupe d’influence et de défense de puissants éditeurs de logiciels commerciaux, BSA | The Software Alliance choisit une personnalité proche de l’administration Obama, Victoria Espinel, 44 ans, comme présidente.

« Victoria, qui a assumé ses fonctions de façon remarquable au sein des administrations démocrate et républicaine, apporte une expertise exceptionnelle sur des problématiques clés liées aux politiques commerciales, à l’accès au marché et à la protection de la protection intellectuelle », a déclaré Pascal Di Fronzo, président du conseil d’administration de la BSA, mais aussi vice-président et avocat général d’Autodesk.

Victoria Espinel, la caution politique du lobby du logiciel

En 2009, Victoria Espinel fut nommée par le président des États-Unis première coordinatrice en charge du respect de la propriété intellectuelle au sein du bureau du management et du budget de la Maison-Blanche. À ce poste, elle fut près de quatre années durant responsable de l’application de la stratégie adoptée par Barack Obama en la matière.

Auparavant, la jeune femme exerça ses talents d’avocate au sein du cabinet privé Covington & Burling. Elle fut ensuite juriste, puis adjointe du Représentant américain au commerce (USTR) en matière de propriété intellectuelle et d’innovation.

Qualifiée de « tsarine du copyright » par de nombreux médias américains, Victoria Espinel a su gagner « le respect des décideurs aux États-Unis et ailleurs dans le monde ». Elle dispose à n’en pas douter des compétences et relations nécessaires pour défendre les intérêts d’une industrie en mutation (Cloud, Big Data, mobilité, etc.).

Protection de la propriété intellectuelle, sécurité informatique, marché, emploi… La BSA joue de son influence dans de nombreux domaines et défend son point de vue dans les sphères exécutives, de Washington D.C. – où l’organisation est basée – à Bruxelles. Pilotée en France par François Rey, BSA | The Software Alliance compte parmi ses membres : Adobe, Apple, IBM, McAfee, Microsoft, Oracle et Symantec.


Voir aussi
François Rey (BSA) : « Il n’existe pas de politique efficace de gestion des actifs logiciels sans sécurité du SI »


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur