BT (British Telecom) concrétise son offre MobileXpress

Régulations

Avec le témoignage des groupes Nestlé, ST Microelectronics ou Thales notamment, l’opérateur britannique fait un premier bilan -prometteur- de son offre de supra-opérateur virtuel mondial pour les utilisateurs nomades

BT pourrait bien réussir sa stratégie de “rouleau compresseur” autour de sa nouvelle infrastructure mondiale de convergence “tout IP” (21th Century Network).

Les 15 milliards investis dans ce programme à long terme sont certainement nécessaires pour rajeunir l’existant mais cet investissement colossal pourrait assurer un solide “pay-back” dans les deux à trois ans. Exemple: l’offre MobileXpress, qui permet à BT de se repositionner dans l’univers de mobiles, d’où il avait disparu en satellisant ‘mm02’ en 2001. Thales s’en déclare satisfait, voire très satisfait: “A ce jour, nous avons déjà 1.200 utilisateurs mobiles dans le monde (dont les deux tiers en Europe) qui communiquent via cette offre fédératrice de BT” explique Henri Bassaler, responsable Infrastructure SI Groupe Thales. “Le principal atout pour nous est de pouvoir prédire pour l’essentiel quelle sera la consommation en communications. Jusqu’ici 15 à 20% de la facturation des accès mobiles nous échappe ou reste opaque, car elle passe, par exemple, par des notes de frais de déplacement -accès à des hot spots Wi-fi, débit de cartes bancaires ou achat de cartes prépayées, etc.” A moyen terme, ce sont 2.500 utilisateurs nomades qui en seront dotés. Sécurité: carte à puce et jeton La dimension sécurité des transactions a été particulièrement travaillée par Thales, en coopération avec BT: les terminaux sont a priori des PC portables dotés d’un lecteur de carte à puce (ou quelques rares PDA Palm). A chaque session, un code chiffré ou jeton (‘token’) permet l’authentification en s’interfaçant avec des modules logiciels installés sur le disque dur du système (technologie de Thales: Mistral et Minicita, qui exploitent un chiffrement AES et une authentification forte sur carte à puce). A terme, pourront s’y ajouter des technologies de biométrie (empreinte digitale ou iris de l’oeil). Thales s’intéresse de très près, également, à la nouvelle génération d’Ultra-mobiles PC (‘UMPC’) qui intègrent directement des cartes SIM. Les données financières du contrat, dont le coût moyen par utilisateur nomade, restent confidentielles. Mais visiblement, Thales semble largement s’y retrouver.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur