Budgets télécoms : la stabilité des dépenses se confirme

Cloud

Malgré une augmentation des besoins, les investissements ont été maîtrisés en
2006, observe une étude

En 2006, les grandes entreprises et les administrations françaises ont optimisé leurs coûts en matière de télécoms, révèle la 7e édition de l’étude menée par Pierre Audoin Consultants.

Le cabinet observe que durant l’année écoulée, l’augmentation des dépenses liées à l’augmentation des débits des réseaux de données, due aux projets informatiques mis en place en 2005 (upgrade de version logicielle, modernisation de certaines applications, mise en place d’applications Web, consolidation des serveurs?) est majoritairement compensée par des baisses de prix.

Ainsi, l’augmentation des dépenses liées aux services fournis par les opérateurs sur les prestations autour du management de réseaux, et à la sécurité sont contre-balancés par la renégociation des contrats avec baisse des prix attendue, la rationalisation des parcs et la meilleure gestion de la facturation grâce à des outils de reporting multi opérateurs de plus en plus répandus.

Concernant la mobilité, rappelons que selon le baromètre de Devoteam, 70% des entreprises interrogées ont maintenu en 2006 leur niveau d’investissement pour les projets de mobilité. 33% ont opté pour une hausse de ces budgets, notamment sur les postes communications et abonnements, changement de terminaux et développement d’applications.

Pour 2007-2011, Pierre Audoin Consultants table sur la généralisation du nomadisme. La To/IP gagnera petit à petit les grandes entreprises, “sans grande conviction”pour un grand nombre. Les déménagements et le renouvellement des PBX resteront les principaux moteurs au passage à l’IP. Les négociations avec les opérateurs continueront, les entreprises multipliant les appels d’offres dans le temps, à la recherche d’un maximum de souplesse.

Les projets liés à l’informatique (consolidation de serveurs, développement d’applications communicantes, centres d’appels de plus en plus techniques?) et le développement du multimédia (visioconférences, partage de documents?) concourent à l’augmentation des besoins en bande passante. Les solutions très haut débit, le WIMAX, etc. proposées par les opérateurs pourront répondre à ces attentes, explique l’étude.

Enfin, du côté des opérateurs, Pierre Audoin Consultants constate la poursuite de la concentration du secteur. Derrière France Télécom qui domine largement avec plus de 75% de parts de marché, les alternatifs sont de moins en moins nombreux.

Neuf Cegetel prend la deuxième place avec une part de 8%, suivi de SFR avec 6%. Derrière, tout le monde se tient avec PDM de 2%, qu’il s’agisse de Colt, Bouygues, Completel, AT&T et BT.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur