Bureau virtuel , PC à 1 euro… le gouvernement pousse à l’équipement

Régulations

Deux grandes opérations vont être lancées en France afin de réduire la fracture numérique

Les nouvelles technologies ne sont pas assez utilisées par les écoliers et les étudiants. Un constat qui date déjà. Mais le gouvernement a décidé de passer à l’action avec deux grandes initiatives.

La première vise les écoliers du primaire. Le ministère de l’Education va lancer le plan “Bureau virtuel”, sorte de poste de travail informatisé et personnalisé pour les élèves et les professeurs. Ce “bureau virtuel” permettra à l’enseignant, depuis un ordinateur, de mettre en ligne des notes et des appréciations à l’intention de ses élèves, à l’élève d’accéder aux banques de données qui lui sont nécessaires, ou se transformera en outil de travail collectif pour un devoir réalisé en commun par plusieurs élèves. Il offrira une large gamme d’activités selon Benoît Sillard, sous-directeur des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE) du ministère de l’Education, et délégué aux usages d’Internet, qui s’exprimait dans le cadre de l’Université d’été de la communication d’Hourtin (Gironde). “Nous avons tous les éléments du dossier pour passer à la prise de décision sur cette mesure qui est demandée par l’ensemble de la communauté éducative”, a-t-il ajouté. La réalisation du projet se fera en deux phases. Une première à la rentrée de septembre avec une dizaine d’académies volontaires qui ont déjà déposé des projets. Puis une deuxième, avec l’élargissement progressif à toutes les académies, pour toucher à terme près de 10 millions de personnes, enseignants et élèves. Financé à la fois par l’Etat et les collectivités locales, le coût de ce projet, que le ministère espère réaliser à l’horizon de l’année scolaire 2007-2008, est estimé à 150 millions d’euros, hors personnel. PC à 1 euro Nous vous en parlions en juin dernier, l’opération “PC à 1 euro” semble aujourd’hui sur les rails. Il s’agit de proposer en partenariat avec les constructeurs, les éditeurs de logiciels, les banques et les universités, à chaque étudiant d’acheter son ordinateur portable à crédit pour 1 euro par jour, soit le prix d’un café. Selon les Echos, le projet est quasiment bouclé: de nombreuses banques françaises auraient donné leur accord (et revu leurs marges à la baisse) ainsi qu’Apple, HP et Toshiba. Mais le détail des conditions n’est pas encore connu. Sur combien de temps durera le crédit? Quelle somme sera finalement déboursée par les étudiants? L’opération devrait permettre en fait d’acheter un PC portable 10 à 15% moins cher. Quant au crédit, il devrait durer 3 ans. Par ailleurs, différents modèles par marque seront proposés afin de permettre aux étudiants d’obtenir une machine qui corresponde à leurs besoins: bureautique, multimédia, graphique. Mais un PC non connecté ne sert pas à grand chose. Les PC disponibles seront donc dotés de cartes Wi-Fi. Encore faut-il que les universités soient couvertes. “Près d’une université publique sur deux sera équipée d’un accès Wi-Fi à la rentrée 2004”, promet François Fillon. A vérifier. L’abonnement Internet sera disponible en option.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur