IBM fait les frais du BYOD

Poste de travailSécurité
IBM fait les frais du BYOD

Après avoir laissé ses employés utiliser leurs propres téléphones mobiles et tablettes numériques dans le cadre de leur activité professionnelle, IBM doit faire face à une vague d’applications web insécurisées.

Comme d’autres multinationales IT, IBM a adopté en 2010 la pratique du « Bring your own device » (BYOD – « Apportez votre propre terminal »). Bien que Big Blue fournisse des BlackBerry à 40 000 de ses 433 000 employés au niveau mondial, 80 000 autres collaborateurs atteignent ses réseaux internes en utilisant leurs propres smartphones et tablettes.

IBM veut garder le contrôle

La consumérisation de l’IT n’est pas sans risque et la pratique du BYOD ne permet pas à l’entreprise de réaliser des économies, a indiqué à la Technology Review du MIT Jeanette Horan, vice-présidente et directrice des systèmes d’information d’IBM. Son département, au sein duquel travaillent 5000 personnes, doit relever de nouveaux défis.

Plusieurs centaines d’employés nomades interrogés récemment par IBM étaient « parfaitement inconscients » des risques que font peser des applications à succès sur la sécurité des réseaux de l’entreprise, selon les termes de Mme Horan. Par ailleurs, certains ne respectaient pas le protocole en chargeant automatiquement leurs courriels professionnels sur des webmails ou en accédant à l’internet mobile depuis des hotspots Wifi.

iCloud et Siri désactivés

Depuis, le groupe américain a édicté des lignes directrices à propos des applications que ses employés peuvent utiliser et celles qu’ils doivent éviter, par exemple le logiciel gratuit de stockage et de partage de fichiers Dropbox. De plus, avant que le terminal d’un employé puisse être utilisé pour accéder aux réseaux d’IBM, le département informatique le paramètre afin que les données en mémoire puissent être effacées à distance en cas de perte ou de vol du dispositif.

Des services d’informatique distribuée tels que iCloud d’Apple (les employés sont invités à utiliser une alternative hébergée par IBM, MyMobileHub) ou encore Siri qui permet d’envoyer et de recevoir des messages vocaux depuis un iPhone, sont désactivés. Pour quelle raison ? IBM craint que les communications puissent être stockées par des tiers.

Ce n’est pas tout, les terminaux de chaque employé sont traités différemment en fonction du modèle utilisé et des responsabilités professionnelles de leur propriétaire. Certains salariés sont uniquement autorisés à recevoir les messages, calendriers et contacts d’IBM sur ​​leurs appareils portables, d’autres peuvent accéder à des applications et fichiers internes du groupe. Dans ce cas, les terminaux sont équipés par IBM de logiciels de chiffrement.

« Nous sommes juste extrêmement prudents. C’est la nature de notre activité », a conclu Jeanette Horan.


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur