Caenorhabditis a survécu au ‘crash’ de la navette Columbia

Régulations

Les biologistes de la NASA ont fait une incroyable découverte dans les débris de la navette Columbia : de minuscules passagers, des vers nématodes, ont survécu aux effroyables conditions du crash. Des organismes vivants pourraient donc traverser le bouclier de l’atmosphère terrestre.

Lors du ‘crash’ de la navette spatiale Columbia, le premier février 2003, les débris totalement calcinés ont heurté le sol du Texas avec un impact qui a représenté 2.295 fois la gravitation terrestre (G), similaire à l’impact d’un météorite.

Au-delà du drame, la revue Astrobiology révèle que les chercheurs de la NASA ont fait une découverte étonnante : de minuscules vers nématodes Caenorhabditis ont survécu au crash. Ces vers de 1mm de long, régulièrement utilisés en biologie, étaient conservés dans des boîtes métalliques. Ils étaient destinés à des expériences de survie dans l’espace dans un liquide expérimental nommé CeMM, pour les expérimentations autonomes des futurs vols spatiaux. “C’est un résultat très passionnant. C’est la première démonstration que des êtres vivants peuvent survivre à un événement de retour équivalent à celui qui pourrait être expérimenté à l’intérieur d’un météorite“, a déclaré Catharine Conley, biologiste au NASA Ames Research Center. “Il démontre directement qu’une petite créature complexe originaire d’une planète peut survivre à un atterrissage sur une autre planète sans la protection d’un vaisseau spatial“. Une nouvelle assertion, donc, sur l’hypothèse d’un possible transfert d’organismes vivants pouvant provenir de l’espace jusque sur notre planète bleue…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur