Cambridge Analytica : Facebook annonce des restrictions sur ses API

L’affaire Cambridge Analytica est décidément loin d’être close. Jusqu’à présent, il était question d’un maximum de 50 millions de personnes dont les données auraient été exploitées par la firme d’analyse britannique. Ces données ont permis d’effectuer un profilage des électeurs potentiels pour les influencer principalement dans le cadre de la campagne victorieuse en 2016 de Donald Trump Outre-Atlantique.

Encore plus d’ampleur

Facebook annonce maintenant discrètement à la fin d’un billet de blog rédigé par Mike Schroepfer, directeur de la technologie au sein du réseau social, que « nous pensons que les informations Facebook de 87 millions de personnes – principalement aux États-Unis – ont peut-être été partagées de manière inappropriée avec Cambridge Analytica ».

Cette annonce officielle révèle l’ampleur du scandale sur la confidentialité des données et la gestion qui en est faite par Facebook ou d’autres sociétés, telles que Grindr impliqué récemment dans une polémique sur le partage du statut VIH de ses utilisateurs avec deux sociétés tierces.

Des mesures restrictives sur les API

L’article en question décrit la stratégie du groupe visant désormais à restreindre l’utilisation de ses nombreuses interfaces de programmation d’applications (API). Ces dernières permettent aux développeurs de se connecter au réseau social et d’en extraire des données des utilisateurs. Les développeurs externes ne seront ainsi plus en mesure d’accéder aux données collectées via les événements, les groupes et les pages Facebook.

Il s’agit là de changements radicaux qui s’inscrivent dans la volonté de la société dirigée par Mark Zuckerberg d’apaiser la polémique et de redorer son blason.

A titre d’exemple, Facebook indique ne plus permettre aux développeurs d’utiliser son API Events pour accéder à la liste des invités ou aux pages d’événements. De même, l’accès aux données via Facebook Login, un outil pour les développeurs de logiciels qui permet aux utilisateurs de leurs applications d’utiliser les informations d’identification Facebook pour accéder à leurs produits, est désormais limité.

En tout, le groupe annonce 9 changements relatifs au partage des données. Facebook a également mis à jour ses conditions d’utilisation. Une première depuis 2015.

Pour rappel, en mars dernier, on apprenait qu’un chercheur basé au Royaume-Uni avait recueilli les données auprès de 270 000 utilisateurs de Facebook ayant téléchargé une application dans le cadre d’une expérimentation baptisée « thisisyourdigitallife » qui demandait l’accès à leurs données personnelles. Mais, les données des amis de ces personnes ont également été collectées sans leur consentement.

(Crédit photo : everything possible-shutterstock)

Recent Posts

Mesh : Microsoft guide la VR collaborative vers Azure

Passer à l'échelle les applications de réalité virtuelle ? Il y a Azure pour ça.…

4 heures ago

Cloud : vers une supervision IT « full-stack »

La supervision informatique évolue avec la migration accélérée vers le cloud et l'empilement de technologies.…

6 heures ago

Ignite 2021 : stratégie d’ouverture pour la plate-forme Power

De la RPA à la BI, Microsoft fait évoluer les composantes de sa plate-forme Power…

8 heures ago

Cybersécurité : le Cigref et Kaspersky répondent à l’Appel de Paris

Le Cigref et Kaspersky co-président un groupe de travail de l'Appel de Paris consacré au…

1 jour ago

Assurances cyber : Google crée un raccourci vers son cloud

Google Cloud expérimente un produit d'assurance cyber à souscrire depuis sa console d'admin, à partir…

1 jour ago

Fuite de données : quel est l’impact pour les entreprises ?

Malveillantes ou accidentelles, les fuites de données augmentent avec la généralisation du télétravail. Temps, ressources,…

1 jour ago