Capgemini et le big data : 3 – « C’est grâce au cloud que le big data va arriver »

Big DataCloud

Troisième et dernière partie de notre interview de Christian Bescht, patron de la BI Capgemini en France, et Manuel Sevilla, CTO de la business line global BIM, sur la vision de la SSII sur le big data.

À voir aussi : la première partie de notre interview Capgemini et le big data : « Le marché mûrit plus vite que l’on aurait pu le penser », et la seconde partie : « Que faire avec le big data et que devrait-il rapporter ? »

Vous évoquez dans votre étude l’obstacle des silos organisationnels. Qu’en est-il ?

Manuel Sevilla : C’est en effet important. La valeur du big data, c’est d’arriver à croiser de la donnée afin d’en tirer quelque chose de neuf. Beaucoup de solutions permettent de répondre aux besoins de faire de l’analytique dans des domaines simples, sans que l’on ait à chercher de nouvelles technologies. Le big data apporte la capacité à faire des analyses sans avoir l’obligation de faire de la modélisation contrainte, avec la capacité de croiser des données venant de domaines différents, et de lui donner de la valeur sans passer de longues périodes à modéliser.

Les DSI qui évoquent le big data sont pourtant conscients qu’ils vont d’abord devoir investir dans l’infrastructure ?

Manuel Sevilla : Les DSI parlent big data d’abord parce qu’ils ont un souci à régler, un accroissement de volume qui implique un accroissement des coûts. C’est la priorité qu’ils ont à régler. Pour faire simple : maîtriser le prix au téraoctet. Et effectivement, il y a aujourd’hui de vraies solutions pour améliorer cela. Il y a un second discours, mais qui ne vient pas en priorité des DSI, mais du haut management, qui consiste à s’interroger sur l’amélioration du fonctionnement de l’entreprise avec le big data. Selon que l’on voit le big data côté IT, ou côté métier, ce sont deux approches différentes… mais qui se complètent. Il y a aujourd’hui des moyens de faire ce que l’on faisait avant, mais a beaucoup moins cher. Avec les perspectives de réduction de coût, les DSI vont effectivement migrer vers ces solutions qui vont leur permettre de réduire les coûts. C’est donc bien complémentaire.

Après les vagues de l’ERP, de la consolidation, de la virtualisation, du cloud, aujourd’hui vous annoncez le big data. Le management ne risque-t-il pas de se lasser d’investir à l’infini ?

Capgemini Christian Becht
Christian Bescht, patron de la BI Capgemini en France

Christian Bescht : Nous faisons face à trois phénomènes qui changent la donne. Le big data pour gérer de gros volumes de données et apporter de la valeur. Le cloud, pour disposer de puissance sans avoir à attendre. Enfin la puissance machine, avec les CPU multicœurs et la mémoire disponible qui permettent de faire du calcul extrêmement rapidement. En mixant ces trois composantes, nous nous rendons compte qu’il n’y a plus de limite à ce que l’on peut faire avec l’IT, en dehors du prix qui, finalement, demeure la seule limite.

Il est important de trouver le bon business model pour utiliser l’ensemble de ces technologies de la meilleure façon possible. En conséquence, nous devons être capables de redéfinir ce que nous voulons faire et les quick win pour y arriver. Nous ne pourrons tout faire et transformer complètement une entreprise aujourd’hui ! De plus, changer un business process prend du temps. Il faut en revanche comprendre que c’est plus l’organisation que l’IT qui freinera cette évolution.

Le big data n’est-il pas un moyen de faire oublier le cloud, ou tout du moins de cacher que le cloud est encore loin d’être une réalité, et de revenir poser les pieds sur terre ?

Manuel Sevilla : D’abord cloud privé et cloud public sont deux choses totalement différentes, en particulier dans leur facturation. L’important ce n’est pas le cloud pour le cloud, mais l’usage que l’on va en faire. Le big data est peut-être la première technologie qui est capable d’utiliser les ressources dans le cloud. C’est pour cela que le cloud va maintenant réellement servir. Cette technologie qui utilise le cloud est d’un côté complètement scalable, avec la capacité de mettre des milliers d’ordinateurs en commun. C’est également une technologie qui, entre la phase d’acquisition et la phase de traitement de la donnée, n’a pas besoin de puissance machine. C’est pour cela que le big data est adapté au cloud et c’est grâce au cloud que le big data va arriver.

Quels conseils donner à une entreprise qui s’interroge sur le big data ?

Christian Bescht : Il faut d’abord bien identifier le cas d’usage que l’on cherche à traiter, identifier le problème qui fait mal, et voir comment le big data peut soulager la douleur. Expérimenter le big data avec un focus sur un enjeu métier et la résolution d’une difficulté. Faire du big data doit avoir sens.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur