Pour gérer vos consentements :

Big Data : Capgemini et Pivotal traquent les comportements à risque

La société française de services informatiques Capgemini et l’éditeur américain de solutions analytiques Pivotal confortent leur partenariat stratégique dans le Big Data annoncé en décembre 2013. Les partenaires ont confirmé jeudi le lancement d’une solution de détection des menaces informatiques : « Anomalous Behavior Detection ». L’offre est basée sur Business Data Lake, une plateforme de traitement de données massives externes et internes à l’entreprise, structurées ou non.

Des initiés façon Snowden aux employés « voyous »

La montée en puissance du Cloud et l’augmentation du volume des données échangées rendent les entreprises plus vulnérables aux attaques. Les menaces, qui peuvent coûter très cher à l’organisation concernée, émanent le plus souvent d’employés autorisés dont les identifiants ont été compromis, mais aussi d’initiés prêts à utiliser les systèmes internes et à exposer les informations détournées. Comme l’a fait l’ex-agent de la NSA américaine et administrateur système Edward Snowden.

« Les entreprises sont de plus en plus conscientes que les principales menaces [informatiques] sont internes – qu’elles prennent la fome d’attaques d’ingénierie sociale ou qu’elles soient l’oeuvre d’employés « voyous ». Par conséquent, détecter rapidement des comportements anormaux est essentiel », a expliqué Franck Greverie, directeur des activités cybersécurité du groupe Capgemini.

Prédire la fraude, le vol de données et de propriété intellectuelle

« Les solutions de sécurité traditionnelles basées sur la signature ne sont pas en mesure de contrer la menace d’un comportement anormal d’un tiers de confiance. Ces outils n’étant pas conçus pour détecter les personnes dont le rôle a été validé et approuvé par l’entreprise », à l’inverse de l’offre Anomalous Behavior Detection, selon Capgemini. La promesse : prédire la fraude, le vol de données et la violation de propriété intellectuelle à travers l’analyse des comportements d’employés et de comptes « douteux ». L’approche centrée sur les comportements offre également la possibilité aux entreprises de catégoriser les risques, créer des alertes et adapter leur réponse, par exemple en réduisant ou supprimant des droits d’accès. Et, par extension, d’éviter l’arrêt impromptu d’un système d’information.

Capgemini et Pivotal ciblent les grands comptes, plus particulièrement les établissements financiers et les services publics souhaitant renforcer la protection de leurs données internes sensibles.

Lire aussi :
Assises de la sécurité 2014 : le cerveau au cœur de la cybersécurité
Capgemini conforte sa rentabilité au 1er semestre 2014
Pivotal et Hortonworks s’associent dans la gestion de Hadoop

crédit photo © GlebStock – Shutterstock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago