Carlyle est gourmand, après Numéricâble, Free et la 3G ?

Régulations

Pour le fonds américain, l’acquisition de Numéricâble ne serait qu’un ‘amuse gueule’…

La concentration des opérateurs est engagée, la cartographie du marché français des télécoms est en mouvement, et après le rachat de Neuf Cegetel par SFR (Vivendi), le fonds américain Carlyle se verrait bien jouer également un rôle de premier plan.

Benoit Colas, le représentant du fonds interrogé par l’agence Reuters, n’a d’ailleurs pas caché les ambitions de son groupe, ni plus ni moins que de voir trois opérateurs majeurs en France: Orange (France Telecom), SFR (Vivendi) et Numéricâble (Carlyle) !

Pour se faire, Benoit Colas verrait bien des « rapprochements entre opérateurs au sein d’un même pays« , et en particulier « entre Numéricâble et Iliad« . Sauf qu’il lui faudra pour cela convaincre Xavier Niel, le patron et fondateur de Free (Iliad), ce qui risque de présenter un obstacle majeur… Un tel rapprochement aurait pourtant du sens, les deux acteurs affichent les mêmes ambitions, sur la téléphonie, l’Internet, ou encore la fibre.

Autre axe de développement projetté par Carlyle, acquérir la quatrième licence UMTS 3G, une opération qui serait « clairement envisagée« . Le fonds pourrait profiter de l’assouplissement de l’accès à la licence envisagée par le gouvernement, alors qu’il s’agit justement de la condition demandée par Iliad pour confirmer sa candidature !

A souffler le chaud et le froid, et à jeter ainsi de l’huile sur le feu, on se demande jusqu’où le fonds américain veut aller…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur