Carlyle met 1 milliard pour s'emparer de 35% de Numericable

Régulations

Dans le câble, les grandes manoeuvres continuent et le groupe pourrait désormais faire ami-ami avec Free…

Le désormais unique câblo-opérateur français, Numericable, suscite bien des convoitises et de nombreux rebondissements financiers. Le géant du fonds d’investissement, l’américain Carlyle, annonce en effet qu’il vient de racheter la moitié de la participation de Cinven dans le groupe français pour un peu plus d’un milliard d’euros. Avec cette opération, Carlyle contrôlera 35% du câblo-opérateur.

Par effet de cascade, cette opération concerne aussi l’opérateur professionnel Completel, racheté cet été par Altice et Cinven.

Finalement, Carlyle et Cinven détiendront chacun 35% du capital de Numericable et Altice conservera les 30% restants.

Rappelons qu’en juin 2006, Cinven mettait finalement la main sur 90% du câble français en s’emparant de Noos pour plus d’un milliard d’euros après avoir repris NC Numericâble et France Télécom Câble.

« Avec une base actionnariale encore plus forte, Numericable est parée pour saisir les opportunités de consolidation à venir tant en France qu’en Europe », précise Nicolas Paulmier, partenaire de Cinven dans le communiqué.

Voila qui veut tout dire. Alors que le marché français se concentre de plus en plus ( dernier épisode en date, le rachat de Neuf Cegetel par SFR-Vivendi), Numericable est en quête d’un partenaire ou d’une cible. Un accord avec Free avait d’ailleurs été déjà évoqué. L’enjeu : partagaer les colossaux investissements dans la fibre optique, marché où Numericable est en avance par rapport à ses concurrents télécoms et peser le plus possible face à Orange…

D’ailleurs, ce vendredi, Benoît Colas, responsable des activités françaises du fonds d’investissement Carlyle indique à Reuters :« Il y a clairement de synergies entre opérateurs et avec Iliad en particulier »,ajoutant qu’un rapprochement « pourrait faire du sens ».Il permettrait à Free de rattraper Neuf Cegetel qui a creusé l’écart avec le trublion de l’Internet grâce à ses multiples acquisitions (AOL, Club-Internet…).

L’investissement de Carlyle donne décidément des ailes à Numericable puisque le groupe envisage également de se porter candidat à la 4e licence 3G si un nouvel appel d’offres est lancé. Ce qui semble probable aujourd’hui. Jusqu’à aujourd’hui, seul Free avait fait acte de candidature.

Bref, le mouvement de consolidation dans le marché français des télécoms et de l’Internet est loin d’être achevé. A terme, seuls deux ou trois groupes contrôleront le marché. Les derniers ‘petits’ acteurs comme Alice ont du souci à se faire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur